Forum Fermé

vous pouvez retrouver mors ultima 2.0, repris par kitkat et elyos (avec notre accord ) :

MORS ULTIMA V2

vous pouvez également nous retrouver (almery et ellaenys) sur un tout nouvel univers :
AES SIDHE


Partagez | 
 

 On Streets We Call The Zoo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Chloe Hamilton
the nightwatcher.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 13/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 65
⊰ Fragments d'Ombre : 1047
⊰ Nom de l'Avatar : Chloë Grace Moretz
⊰ Crédits : Evie
⊰ Couleur Rp : Rouge
⊰ Origine du Personnage : Nocturne
⊰ Citation : If you can't soar with the eagles, then don't fly with the flock...

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the nightwatcher.

MessageSujet: On Streets We Call The Zoo   Jeu 28 Mai - 4:01
On streets we call the zoo
Chloe & Elyos

Encore une sortie à la con. Plus le temps passe et plus je me demande pourquoi je fais encore semblant d’être une humaine lambda. Question totalement rhétorique puisque j’entends presque la voix de ma mère me dire : « Tu finis d’abord tes études ! Et je te prierais de te comporter comme une jeune fille normale et civilisée ! »
Et donc me voilà contrainte d’avoir des amies humaines – et encore pire, lycéennes – mais aussi de supporter leurs bavardages stupides, leurs ragots stériles et leurs querelles d’adolescentes immatures. Et pire que tout, je suis obligée de les accompagner dans leurs sorties. Non, mais sérieusement, le zoo ? Je peux concevoir que des enfants puissent trouver ça amusant. Mais à dix-huit ans ?

Me voilà donc dans un petit train peint aux couleurs du zoo, à savoir le rouge flashy et le jaune criard, à serpenter dans les allées à une vitesse effrénée d’au moins cinq kilomètres à l’heure, entourée de familles s’émerveillant de chaque nouvel animal dépressif derrière les barreaux de sa cage. Et oui, on peut tuer des démons et trouver ça pitoyable et affligeant d’enfermer de pauvres animaux dans le seul but d’engranger des bénéfices. Je ferme les yeux et je soupire. Qu’est-ce que j’aimerais me tirer d’ici.

A peu près au moment où cette pensée me traverse l’esprit, le train s’arrête en même temps que les cris des enfants et de mes amies. Je rouvre les yeux. Le ciel bleu a laissé la place à un temps beaucoup plus maussade et gris. Le train semble être en panne. Je jette un regard autour de moi. Tout est à l’abandon, désert. Et surtout, tout est en ruines. Je ne suis peut-être pas très vieille, mais je ne suis pas non plus née de la dernière pluie. Je suis dans l’Underground. Et je connais ses dangers. Je matérialise mon sabre et je descends du train.

Tout semble calme, mais je sens des yeux qui me fixent. J’avance prudemment. Le silence  oppressant n’est troublé que par le bruit de mes pas sur le bitume fissuré. Je décide de me diriger vers la boutique de souvenir que je peux apercevoir d’ici, à quelques centaines de mètres. Un bâtiment est toujours plus sûr que de rester à découvert. Comme pour confirmer mes dires, j’entends un bruit derrière moi accompagné d’un cri strident.

Je fais volte-face. Je suis nez à nez avec un singe zombie. En temps normal, je trouverais ça étrange. Mais là, c’est juste flippant. La moitié de son pelage a disparu, laissant voir sa peau en décomposition. La partie droite de son crâne est tellement abîmée que son visage est difforme. Seul son œil brille, point rouge au milieu des chairs en putréfaction ? Charmant. Et cette saloperie n’a pas l’air là pour prendre le thé. Le singe grogne et un filet de bave coule de sa gueule. Je lui fais face en adoptant une posture défensive. Au moment où je me prépare à passer à l’attaque, d’autres singes descendent des arbres avoisinants en forment un cercle autour de moi. Quel beau ramassis d’horreurs. Je bande tous mes muscles, mais je sens que l’issue du combat va être plus qu’incertaine.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Elyos K. Seldzar
the offspring of angels.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 22/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 756
⊰ Fragments d'Ombre : 1304
⊰ Multi-compte(s) : Anna & Jolynn
⊰ Nom de l'Avatar : mathias lauridsen
⊰ Crédits : applestorm
⊰ Couleur Rp : tan
⊰ Origine du Personnage : selenim samaëlien

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the offspring of angels.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Lun 1 Juin - 4:34
on streets we call the zoo

Lips are turning blue

Tu souffles. D'exaspération. D'agacement. D'ennui. Non, vraiment, le zoo n'est pas ton divertissement favori. Mais ta nouvelle conquête a insisté. Un peu trop. Et tu ne peux rien lui refuser. Pour l'avoir dans ton lit. Elle vaut bien un petit sacrifice. Mais quand tu l'as vois s'extasier devant les girafes. Un peu trop niaisement. Tu perds de ton enthousiasme. Si tu en possédais un peu au départ. C'est chiant. Il n'y a pas d'autres mots. Tu ne t'amuses pas. Elle n'a pourtant pas l'air de le remarquer. Trop préoccupée à admirer les animaux prisonniers dans leurs cages dorées. Tu ne comprends pas cet engouement. Observer les animaux paisiblement faire le tour de leur geôle n'a rien de palpitant. C'est terriblement ennuyant. Que des gosses s'extasient devant l'inconnu, pourquoi pas. Mais qu'une jeune femme adulte en fait de même, c'est presque repoussant. Pourtant tu continues de l'accompagner. Et tu t'enfonces à l'intérieur du zoo en espérant que la suite de ce rendez-vous te convienne mieux. Tu t'arrêtes en même temps qu'elle. Devant les aquariums géants. Où elle se plaît à frisonner de peur devant les requins. Tu ne fais pas attention au spectacle qui se déroule devant tes yeux. Tes opales vitreuses contemplent sans vraiment observer. Mais le cri de ta compagne du jour te sort de ta torpeur. Elle exagère un peu sur la terreur là. Tes prunelles glissent sur son visage crispé par la peur. Mais c'est qu'elle est vraiment effrayée cette bécasse. Elle tend sa main tremblante vers la vitre. Elle pointe quelque chose. Qui semble sincèrement l'alarmer. Et accessoirement, elle continue de crier. Tu te retournes pour voir ce qui l'affole à ce point. Tu t'attends à voir un requin nager un peu trop près de la paroi vitreuse. Mais tu ne t'attends certainement pas à voir ça. C'est bien un requin. Enfin, il te semble. La bête a triplé de volume. Les coins de sa gueule se sont effilochés. Et ce déchirement lui agrandi considérablement son sourire. Dans lequel les dents tordues se sont multipliées. En plus d'avoir, elles aussi, subient un agrandissement. Cette découverte ne t'inquiéterait pas autant, si le nouveau monstre ne vous fonçait pas dessus. Tu tires ta compagne par le bras. Brusquement. Il n'y a plus de place pour la délicatesse. Il faut juste se tirer de là. Et rapidement. Mais vous n'allez pas très loin. La vitre cède. Laissant place à un torrent de vagues. Qui ne tarde pas à vous submerger. Tu es propulsé contre les escaliers. Avant que celles ci ne soit noyées par le précédent contenu du bassin. Tu ne réfléchis pas très longtemps. Sous l'eau, tu fais l'effort de t'agripper à la rambarde de fer. Tu réussis miraculeusement à hisser ta tête hors de l'eau. Tu manques de heurter le plafond. L'aquarium s'est vidé dans la pièce. Tu paniques. Évidemment que tu paniques. Il n'y a pas que l'eau qui s'est déversée. Le requin a dû suivre. Et il n'est certainement pas le seul. Le silence qui t'entoure est presque tout aussi angoissant. Le brouhaha des visiteurs s'est éteint. Le requin doit s'attarder sur eux. Il faut en profiter avant qu'il ne te remarque. Tu inspires et tu t'engouffres sous l'eau pour atteindre la porte de sortie submergée. Tu ignores combien de temps tu es resté là dessous. Avant de parvenir à d'autres escaliers. Secs cette fois. Mais il était temps. Tu reprends ton difficilement tout souffle. Mais tu ne t'attarde pas près de l'eau. La bête est capable de sauter et de te chopper au passage.

Mais dehors c'est pire. Le requin ne semble pas être le seul à s'être transformé en monstre. Mais tu as instinct de survie développé, tu ne restes pas là à contempler les créatures. Tu cours. Tu fuis. Évidemment. Tu hésites un instant à déployer tes ailes pour te sortir de là. Mais c'est trop dangereux. Il doit y avoir des bêtes ailés dans le coin. Alors tu continues de fouler les pites du zoo. Tu te heurtes plusieurs fois à des gens apeurés. Mais ça ne t'empêche pas de poursuivre. Et de foncer. Vers où ? Tu ne sais pas. Un abri. Hors du zoo. Comme si c'était possible. Tu butes contre un corps inerte. Enfin ce qu'il en reste. Tu trébuches sur le sol bétonné. Et tu vois une bande de singe devant toi. Il te semble que c'est des singes. Tu as du mal à voir d'ici. Mais ils bloquent le passage. Tu t'apprêtes à faire demi tour. Mais une grosse masse au loin te fait vite changer d'avis. Tu ignores de quel animal il s'agit à la base. Et tu ne souhaites pas le découvrir. Même à plusieurs dizaines de mètres, elle te semble plus dangereuse que les créatures rassemblées en groupe. Tant pis. Ce sera eux. Tu songes encore un instant à sortir tes ailes pour les esquiver. Mais ils pourraient sauter haut. Ou un aigle de la taille du requin pourrait t'attraper en vol. Tu vas devoir traverser à pieds. Tu trouves le temps de te concentrer à peu. Pour décupler ta force. Ce ne sera pas de trop. Tu décroches le banc à côté de toi. Et tu fonces. Tu ne cherches pas à concevoir un meilleur plan. Tu n'as plus le temps. Tu entends des cris d'humain se rapprocher derrière toi. Et tu ne tiens pas à savoir s'ils sont accompagnés ou non.

Tu te sers du banc pour faire bouclier. Tu dois certainement dégommer un singe au passage. Car tu sens un peu de résistance. Tu les entends s'agiter. Eux aussi, se sont mis à hurler. Des cris stridents plus que désagréables pour tes oreilles. Ils te font déconcentrer. Tu lâches brusquement ton bouclier. Pour constater que tu es encerclé par les singes. Ils se sont au moins un peu dispersés avec ton arrivé. Tu découvres aussi une petite blonde à tes côtés. Mais tu ne t'arrêtes pas pour dire bonjour. Tu cherches à récupérer ton banc. Tu te féliciterais presque d'avoir trouvé un substitut de carapace. Si seulement tu avais le temps pour ça. Seulement tu ne l'as pas. Et les singes sont toujours là. « Si tu as une idée, c'est maintenant. » Tu t'adresses à l'adolescente. Parce que oui, tu en es réduit là. A demander l'aide d'une petite fille. Mais bientôt les singes fuient. Miracle putain. Ils fuient. Seulement ta joie s'envole rapidement. Quand tu te rends compte de la raison de leur fuite. La masse noire que tu as aperçu tout à l'heure fonce maintenant sur vous. Ce que tu voyais est tout simplement un rhinocéros géant. A plusieurs têtes. Tu ne t'amuses pas à les compter. Tu pousses la blondinette sur le côté. Avant de lui empoigner le bras. Pour l'éloigner du sentier. Le rhinocéros semble vouloir juste foncer tête baissée. Tu te barres de sa trajectoire. Accompagné de l'adolescente. Le piétinement de la créature vous rate de peu. Tu sens le vent de son passage alors que vous atteignez à peine l'herbe qui borde le chemin. Tu entends le craquement du bois. Celui ton récent bouclier. Qui vient de se faire massacrer sous le poids du rhinocéros. La bête s'éloigne de quelques mètres. Avant qu'une de ses têtes ne vous remarque. « On se tire. » Tu te mets presque à regretter les singes.




Hands held high
Between my pride and my promise. Between my lies and how the truth gets in the way. And things I want to say to you get lost before they come.The only thing that's worse than one is none. Fear is not afraid of you. But guilt's a language you can understand ©️ code : Rose. // quote : Linkin Park.  
Revenir en haut Aller en bas
Rohan J. Lannislas
the unfaithful.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 28/04/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 139
⊰ Fragments d'Ombre : 1529
⊰ Multi-compte(s) : aucun.
⊰ Nom de l'Avatar : boyd holbrook.
⊰ Crédits : (c) blitz.
⊰ Couleur Rp : steelblue.
⊰ Origine du Personnage : damné (masque).


the unfaithful.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Jeu 4 Juin - 1:11
« Tu sais que t’as le look coco... » Oh non. Pas ça. « T’as le look coco... » Parfois, Rohan se disait que le Karma n’était pas tendre avec les gens de son espèce. « T’as le look qui te colle à la peau... » Rohan n’aurait jamais dû faire ce eye-contact malheureux. Il avait pourtant repéré à mille lieux, ce drag-queen qui sortait visiblement d’une soirée arrosée.... en plein après-midi. Il marchait pour se rendre chez lui, lorsque ce qui était visiblement une « belle damoiselle » - qui s'est lâchée question maquillage - de l’extérieur l’a accosté d’une voix, elle, rocailleuse et définitivement masculine. Et surtout... pourquoi cette chanson ? Rohan passa son chemin, tâchant de marcher plus vite la tête baissée, mais c’est que son poursuivant avait de l’allure, même en talons et un peu éméché, puisqu’après trois croisements, il pouvait toujours l’entendre derrière lui, puisque le drag n’hésitait d’ailleurs pas à s’exclamer « Attends coco, me dis pas que je pourrais pas te plaire ! » Rohan tourna à gauche. Son but n’était plus de rentrer chez lui à présent mais bel et bien de semer ce drag-queen. C’est aussi dans ce genre de moments qu’il plaignait l’entière population féminine, qui doit souvent faire face à ce genre d’harcèlement, sauf que souvent leurs assaillants c’était pas des drag-queens, mais des gros lourdeaux qu’il était beaucoup moins facile à gérer ou semer. « Ah tu te fais donc difficile mon coco... j’ai l’habitude des hommes comme toi, vous êtes les meilleurs amants ça tombe bien ! Blondinet comme t’es en plus, parfaitement mon genre ! » Le problème à ce moment précis c’est que les rues étaient tout bonnement pleines de monde donc difficile de « passer invisible » dans l’Underground discrètement, surtout avec ce drag qui lui collait aux fesses. Rohan ne pouvait pas non plus s’arrêter, essayer de sentir son alignement pour essayer de l’intimider s’il faisait partie des créatures surnaturelles, même si, vu sa situation et son attitude, il n’en faisait probablement pas partie. Les remarques incessantes continuèrent et Rohan, exaspéré, décida alors de se rendre dans le zoo juste à côté, là, entre deux buissons vu que celui-ci n’avait pas l’air très peuplé, il pourrait probablement s’éclipser discrètement dans l’Underground. La solution, plutôt que de chercher à fuir par tous les moyens, était peut-être de confronter son assaillant. Le problème, c’est que le drag en question était bien plus grand et imposant physiquement que Rohan, et surtout que Rohan était lâche, mais incroyablement lâche quand il était question de confrontations. C’était quelqu’un de mental, et l’intimidation physique n’était pas son fort. Rohan faisait l’amour, pas la guerre, ce genre de choses quoi.

Arrivé au zoo, il prit tous les croisements possibles entre diverses cages avant de se fourrer dans un buisson et disparaître dans l’Underground. Il lâcha un grand soupir de satisfaction lorsqu’il entra dans l’endroit nébuleux et sombre de l’Underground, qui était pourtant terriblement agréable pour le Damné. Il regarda derrière lui, histoire de s’assurer que ce foutu drag ne l’avait pas suivi jusqu’ici – auquel cas, il lui ferait définitivement la peau ici. Plus aucune trace, c’est bon il était sauvé. Enfin... pas tout à fait. Une fois sa principale « menace » - Rohan avait honte de penser ainsi lorsqu’on regardait la nature de son opposant, mais heureusement qu’il était seul – éliminée, il en profita pour observer davantage les alentours, constatant que la plupart des cages étaient tombées en ruines, et donc, forcément, ça voulait dire que des créatures ignobles, typiquement nées de l’esprit d’un scientifique fou, devaient traîner dans le coin. Ou pas, peut-être que les animaux ne pouvaient pas se transposer dans l’Underground, à vrai dire, l’idée de venir au zoo de l’Underground n’était jamais venue à l’esprit de Rohan, donc difficile de vraiment savoir. Rohan commença à marcher entre les différentes herbes, et ses interrogations finirent par être résolues lorsqu’il tomba nez à nez avec une sorte de paon – ou ce qu’il en reste -, avec le visage à moitié brûlé ou détruit et des plumes en flammes. Bon, ce serait con de se faire brûler au troisième degré par une bête en général aussi inoffensive donc Rohan décida de discrètement la contourner, ce qui lui valu nécessairement un détour de plus vers la sortie du zoo. Fier de lui, Rohan arriva alors dans une allée ouverte, ou se trouvait deux personnes de dos. Rohan ne regarda pas vraiment ses rencontres de fortune, car son regard restait fixé sur le rhinocéros à trois têtes en face de lui. Eh merde. La bête commença alors à foncer sur le petit groupe et Rohan ne trouva rien à d’autre à faire que lui propulser par son don de télékinésie un espèce de grillage qui traînait à quelques mètres de là, bloquant la vision de l’animal à trois têtes qui ralentit sa course. « Elyos, mais qu’est-ce que tu fous ici ?! » dit-il alors qu’il reconnaît le jeune homme qui se retourna vers lui. « Ouais, vaut mieux se barrer, suivez-moi, je viens d’un chemin plus calme. » dit-il en revenant donc sur ses pas pour reprendre le chemin par lequel il était arrivé. Il repassa donc dans la partie plus végété du zoo, ou il avait croisé le paon qui n’était désormais plus là. Sauf que ce qu’il avait pas prévu, c’est qu’un tigre prenne sa place. Un tigre, avec des crocs aussi longs que les félins de la préhistoire, et des griffes elles aussi beaucoup plus longues, sans parler d’un regard rouge sang qui n’appelait qu’à la dégustation d’une bonne chaire. Rohan se stoppa net, comme paralysé. « Blondie, je peux voir que t’as un joli sabre, à moins que son but ne soit que décoratif, je propose que tu l’utilises... genre maintenant. » En partant du principe qu’elle soit Nocturne, ce qui était arrangeant pour la situation, les chances de succès étaient considérablement en train de se réduire lorsque derrière ce tigre en surgit un autre, plus balèze. Visiblement ils étaient tombés sur un couple, comme c’est mignon. « Hum... t’aurais pas un sabre de spare par hasard ? Ou quelqu’un veut se proposer comme appât pour occuper l’un des deux peut-être ? » Il estimait que s’il proposait l’idée tout de suite, il avait le droit d’immunité sur la question de l’appât, ô temps désespérés...  



But i get crazy sometimes
I'm outta my mind, nothing can bring me down, or keep me sound, i won't get home on time. I won't apologize to you, I don't know what I want it's true. Meet the good, the bad and the crazy. Sanity has gone down the drain. ©️ code : Rose. // quote : Imany.  
Revenir en haut Aller en bas
Chloe Hamilton
the nightwatcher.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 13/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 65
⊰ Fragments d'Ombre : 1047
⊰ Nom de l'Avatar : Chloë Grace Moretz
⊰ Crédits : Evie
⊰ Couleur Rp : Rouge
⊰ Origine du Personnage : Nocturne
⊰ Citation : If you can't soar with the eagles, then don't fly with the flock...

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the nightwatcher.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Ven 5 Juin - 4:33
on streets we call the zoo
Chloe & Elyos & Rohan

Cette situation a une fâcheuse tendance à ressembler à un scénario de film écrit lors d’un bad trip. Certes, je suis contente de voir les monstruosités simiesque mettre les voiles. Et je ne dis pas non à un allié, même si ce dernier est uniquement armé d’un banc. Mais le rhinocéros mutant à trois têtes qui nous fonce dessus… L’homme au banc me tire par le bras, ce qui m’évite de me faire piétiner par un monstre de plusieurs tonnes lancé à pleine vitesse. Je note mentalement de le remercier pour cette délicate attention. L’homme, pas le rhinocéros. Ce dernier réduit littéralement en miettes le banc abandonné sur le sol, mais au moins nous sommes sains et saufs. Pour l’instant. Visiblement furieux de nous avoir manqués, la bête se retourne. Une de ses énormes pattes gratte le sol. Et il nous charge à nouveau.

Il est freiné par un grillage qui vient s’abattre sur ses trois têtes. Original. C’est à ce moment-là qu’un deuxième type sorti de nulle part prend la parole. Visiblement, c’est un homme plein de sagesse puisqu’il nous suggère de prendre la fuite. Ce que nous faisons sans tarder. Toutefois, même si il a l’air très malin, ce type est le pire GPS que j’ai jamais vu. Il nous emmène droit sur un couple de tigres, visiblement tout aussi sympathiques et pacifiques que le rhinocéros qui se débat toujours loin derrière nous avec son grillage.

« Blondie, je peux voir que t’as un joli sabre, à moins que son but ne soit que décoratif, je propose que tu l’utilises... genre maintenant. T’aurais pas un sabre de spare par hasard ? Ou quelqu’un veut se proposer comme appât pour occuper l’un des deux peut-être ? »

Je me baisse rapidement sans quitter les félins des yeux et je récupère une dague dans un étui à ma cheville. Je la tends à l’homme.

« Elle s’appelle Reviens-ou-je-te-transforme-en-femme. Et si tu m’appelles encore une fois Blondie, c’est toi qui sers d’appât. »

Je plonge mon regard dans celui du premier tigre. Il est plus gros que l’autre et il a l’air d’être le chef. Il ouvre grand la gueule pour feuler mais je ne lui en laisse pas le temps. Je lance mon bras en avant. Mon sabre perfore sa voûte palatine et se fiche directement dans son cerveau. Je retire ma lame de sa gueule juste avant qu’il ne s’effondre. Le second tigre semble hésiter en voyant son pote mort sur le sol. Si ça peut le consoler, Kurt Cobain s’est suicidé à peu près de la même façon. Malgré tout, il n’hésite pas longtemps. Il s’approche, une lueur d’agressivité dans le regard. Je tente une attaque en visant sa gorge, mais cet enfoiré a de bons réflexes. Il me contre en me déchirant la peau de l’avant-bras avec ses griffes. Heureusement que c’est le bras gauche, celui que j’ai juste eu le temps de lever pour éviter quatre entailles à la poitrine. Mais ça fait quand même mal. Je recule de quelques pas.

« Ok, mon moment badass est terminé. A vous de jouer, les gars. »
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Elyos K. Seldzar
the offspring of angels.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 22/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 756
⊰ Fragments d'Ombre : 1304
⊰ Multi-compte(s) : Anna & Jolynn
⊰ Nom de l'Avatar : mathias lauridsen
⊰ Crédits : applestorm
⊰ Couleur Rp : tan
⊰ Origine du Personnage : selenim samaëlien

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the offspring of angels.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Mer 10 Juin - 5:27
on streets we call the zoo

Lips are turning blue

Un grillage. Un morceau de feraille salvateur. Tu le vois s'envoler. Il atterrit sur le monstre. Et ralentit sa course. Les têtes se débattent pour s'en débarrasser. Mais tu n'as pas le temps de remercier le passage de ce miracle. Une voix familière s'adresse à toi. « Elyos, mais qu’est-ce que tu fous ici ?! » Tu te retournes. Pour découvrir Rohan. Mais tu es trop distrait par le rhinocéros pour t'attarder sur le nouveau venu. « Si ça te dérange pas, on en parle plus tard. Je préfère ne pas m'éterniser ici alors que tu viens de l'énerver. » Tu optes pour la fuite. Évidemment. Tu n'es pas assez fort pour rivaliser avec quoi que se soit. Ton truc c'est la manipulation. Pas le combat. « Ouais, vaut mieux se barrer, suivez-moi, je viens d’un chemin plus calme. » Tu ne te fais pas prier. Pour t'éloigner des quelques tonnes prêtes à t'écraser. Tu le suis docilement. Et tu n'aurais s'en doute pas dû. Il vous emmène face à une nouvelle créature. Une espèce de tigre antique. Vous vous stoppez net. Pas de mouvement brusque. Pas de fuite. Tu sais très bien que tu ne gagnerais pas à la course. Les autres semblent penser la même chose. « Blondie, je peux voir que t’as un joli sabre, à moins que son but ne soit que décoratif, je propose que tu l’utilises … genre maintenant. » Tu n'as pas fait attention à son jouet. C'est très bien. Elle va pouvoir vous sortir de cette misère. Mais le combat à venir est trop simple. Un deuxième tigre se montre pour rééquilibrer le tout. « Hum... t’aurais pas un sabre de spare par hasard ? Ou quelqu’un veut se proposer comme appât pour occuper l’un des deux peut-être ? » Sa proposition peut être tout à fait sérieuse. Il devrait suivre son idée. Et se dévouer. Tu devrais être contre cette éventualité. Tu l'apprécies Rohan, mais en cas d'extrême urgence ...

L'adolescente tend une dague à Rohan. Très bien. Tu te débrouilleras seul. Comme un grand. Tu envisages d'employer ta lumière. Afin d'aveugler tout le monde. Mais ta conscience te freine. Ton instinct de survie n'est pas suffisamment titillé. Pas assez pour abandonner une adolescente et Rohan. Bien que tu ne vois pas comment tu peux te rendre utile. Oui tu sais plus ou moins te battre. Après plus de 400 d'existence tu as déjà donné quelques coups. Mais à des humains. Ou à Lucia. Mais pas à des rhinocéros à trois têtes ou des tigres affamés. « Elle s’appelle Reviens-ou-je-te-transforme-en-femme. Et si tu m’appelles encore une fois Blondie, c’est toi qui sers d’appât. » Tant qu'on ne te propose pas comme goûter, tu devrais être soulagé. Mais vous ne pouvez pas vous payer le luxe de débattre sur qui mangera qui. Il faut agir. Et rapidement. « Et bien lance toi, on te regarde faire. »

Tu observes la blonde tuer l'un des tigres. Alors que tu as pris le soin de reculer d'un ou deux pas. Non définitivement, tu n'es pas taillé pour ce genre de bataille. Elle rate sa deuxième cible. L'autre tigre en profite pour lui arracher la peau de son bras au passage. Elle recule. Et tu fais de même. Tu ne prends pas la peine de venir la soigner. Tu en as pas les capacités. Puis elle tient encore debout. « Ok, mon moment badass est terminé. A vous de jouer, les gars. » Tu es pris d'un rire intérieur et nerveux. A toi de jouer ? Non tu préfères laisser Rohan gérer la situation. Après tout c'est lui qui vous a mené face à la créature. Puis tu ne sais vraiment pas quoi faire. Si tu te lances dans un combat, tu es certain de perdre. Et tu tiens encore trop à ta vie pour te lancer dans une mission suicide. Alors tu chantes. Ou plutôt tu marmonnes. En essayant de mettre du rythme. Cette musique que ta conquête du jour t'a fait écouter un peu plus tôt dans la journée. Cette musique entêtante. Que tu as du mal à te sortir de la tête. « Mi vida, mis amor. » Et tu continues. Tu hausses la voix. Parce que tu ne trouves rien de mieux à faire. « Mi fuerza, mi amor. » Tu te dandines. Pour mieux apprécier la mélodie. Même le tigre semble s'arrêter. Intrigué par ton show improvisé. Ce qui t'encourage un peu plus. « Color Gitano !» Tu en profites pour continuer de reculer. Et mettre un peu plus de distance entre le tigre et toi. « Ma raison, mes valeurs. Ma maison, ma couleur. » Tu ne sais pas trop ce que tu espères avec ton spectacle d'amateur. Que la bête fuit, apeuré ce chant de casserole ? Qu'elle patiente en attendant que un de tes compagnons trouve une meilleure idée ? « Le coeur qui bat sous ma peau. » Au moins, le tigre a porté toute son attention sur toi. Assez pour s'approcher dangereusement. Tu tentes néanmoins de finir le refrain. « Le coeur qui bat sous ma peau. » Il fallait t'y attendre. Il bondit sur toi. Pour te faire taire. Te punir. Ou simplement parce que tu as éveillé son appétit. En tout cas, tu n'es pas assez rapide pour l'éviter. Tu es projeté en arrière. Ton dos heurte douloureusement le sol. Le poids de la créature ne tarde pas à t'écraser. Te coupant le souffle au passage. Un de ses crocs s'enfoncent dans ton bras. Que tu as miraculeusement réussis à tendre pour protéger ton visage. Tu laisses échapper un juron déformé par la douleur. Alors que l'air s'échappe de tes poumons. Sans vouloir y revenir. Tu n'es pas contre un peu d'aide. Mais ta position de faiblesse te rend pessimiste. Ils pourraient très bien prendre la fuite. Tu occupes très bien le tigre pour leur permettre de prendre leurs jambes à leur cou. Tu n'aurais jamais imaginé finir comme ça. Bouffé et digéré par une abomination de l'Underground.




Hands held high
Between my pride and my promise. Between my lies and how the truth gets in the way. And things I want to say to you get lost before they come.The only thing that's worse than one is none. Fear is not afraid of you. But guilt's a language you can understand ©️ code : Rose. // quote : Linkin Park.  
Revenir en haut Aller en bas
Rohan J. Lannislas
the unfaithful.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 28/04/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 139
⊰ Fragments d'Ombre : 1529
⊰ Multi-compte(s) : aucun.
⊰ Nom de l'Avatar : boyd holbrook.
⊰ Crédits : (c) blitz.
⊰ Couleur Rp : steelblue.
⊰ Origine du Personnage : damné (masque).


the unfaithful.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Dim 21 Juin - 4:09
Dire que tout cela ne serait pas arrivé si Rohan avait décidé de ne pas semer ce drag-queen, ou plutôt l’affronter « comme un homme ». Tellement d’ennuis en moins. C’est dans ces moments que la lâcheté de Rohan lui revenait cruellement en pleine face. Il faut croire qu’on ne peut pas toujours se tirer de tout sans égratignures. C’était pourtant une philosophie dont Rohan était le maître, l’art de passer entre les mailles du filet, d’improviser, de passer sous l’ombre en prenant le beurre et l’argent du beurre. Mais dans la jungle, ces combines du genre n’étaient plus possibles. Il faut croire que tout en revenait à l’instinct animal et à la survie pure et simple, plus d’embobines possibles. Enfin, avec une Nocturne dans son camp, il avait plus qu’à espérer qu’elle terrasse les deux félins colosses devant eux et qu’ils aient juste avec Elyos à l’applaudir à la fin en bon public. Néanmoins, Rohan allait visiblement devoir « se mouiller » puisque la Blondie – qui ne voulait pas qu’on l’appelle Blondie – lui envoya une dague qu’il reçut mollement entre ses mains. D’ailleurs, il était à peu près sûr qu’une grosse goutte de sueur tomba sur la lame encore froide à partir du moment ou elle tomba dans ses mains. Rohan restait là, comme un pantin désarticulé alors qu’il regarda sa partenaire affronter le premier tigre avec succès. Bon, ça leur enlève probablement 30% de chance de mourir au mieux, chance qui se réduisit lorsque le deuxième tigre blessa sévèrement leur meilleur atout sur le terrain. Rohan déglutit difficilement alors que le deuxième tigre était en train de s’approcher. Rohan recula, de même qu’Elyos. Rohan se demandait s’il devait attendre le dernier moment pour attaquer mais il n’eut pas vraiment le temps de prolonger sa réflexion puisqu’Elyos se mit soudainement, pour une raison inconnue – probablement la folie de l’homme qui s’apprête à mourir – à chanter une chanson que Rohan ne connaissait pas, mais qui sonnait tout bonnement ridicule. Rohan avait envie de l’interrompre en lui criant de fermer sa gueule mais Elyos semblait attirer le tigre plus près de lui avec cette sérénade, ce qui laissait donc Rohan en paix. Ce dernier restait d’ailleurs pétrifié lorsque le tigre se jeta sur Elyos pour commencer à lui attaquer de ses crocs aiguisés le bras protecteur qu’avait placé le Selenim devant son visage. Là, Rohan pourrait prendre la fuite. Se barrer dans un coin tranquille pour sortir de l’invisible et quitter ce merdier – seulement, étant donné que Rohan est un Damné, la chose risque de prendre plus de temps et ce serait donc s’exposer au risque seul. De plus, Elyos est l’ami de Rohan, un des rares amis qu’il apprécie et qui lui ressemble assez pour que Rohan ait un peu d’estime pour lui. En théorie, Rohan devrait donc aider Elyos. Pourtant, naturellement, tout son corps lui crie de faire le contraire. Foutue Marque des Damnés, qui l’empêche de faire ce que tout bon ami devrait faire et à la place le pousse à se comporter comme le pire des connards.

Rohan lutta donc avec toute sa force physique contre son esprit qui lui criait de prendre la fuite, pour soudainement se jeter sur le dos du tigre. Le but était d’atteindre sa gorge, lui trancher pour en finir rapidement et sans accrocs – sans mauvais jeux de mots. Seulement, le tigre était évidemment plus rapide et agile qu’une bête normale, et à peine Rohan fût-il sur son dos que la bête se cambra pour tenter à l’aide de ses griffes de dégager le Damné de son dos. Ce dernier, ne pouvant atteindre la gorge de l’animal sans risquer de se prendre un coup de griffe probablement handicapant, le poignarda alors rapidement deux fois dans le flanc gauche, espérant calmer ses ardeurs sanguinaires. S’entama alors un vrai rodéo sur le dos du tigre qui saute dans tous les sens pour attraper le bras  ou les jambes de Rohan – il y a un début à tout. Le blond se découvrit par la même occasion un instinct de survie surprenant, ne pensant pas que ses capacités physiques actuelles puissent supporter un tel manège. Elle était ou d’ailleurs la badass Nocturne de leur équipe là ? Bon ok elle était blessée mais elle savait y faire et le tigre était distrait à cet instant précis. Rohan, n’avait pas vraiment le temps de lever la tête pour la chercher, trop occupé à essayer de juste rester sur le dos de l’animal. Rohan s’agrippa à la peau du félin, continuant d’asséner des coups de dague là ou il pouvait dans les flancs qui se présentaient à lui, jusqu’à ce que la bête finisse par faiblir, et qu’elle se mît alors à taper contre les différents arbres pour espérer faire tomber Rohan. La technique faillit porter ses fruits au premier assaut, mais elle épuisa finalement plus la bête qu’autre chose, qui ralentissait ses mouvements. Rohan allait donc finir par l’avoir « à l’usure » comme on dit. Il eut, au bout d’environ cinq minutes intenses, l’occasion de planter la dague dans la gorge de l’animal, qui griffa la main de Rohan après coup, mais le mal était fait. La bête s’écroula alors lourdement au sol, et Rohan tomba avec elle, coinçant son pied en dessous du ventre du tigre. Il avait du sang sur ses deux mains et les observait quelques instants un peu circonspect. En effet, même si en théorie pour un Damné, le sang ne devrait pas lui poser de problèmes, il n’était pas un Strega ou Nécromant passionné par les choses morbides lui, donc forcément c’était pas quelque chose qu’il appréciait plus que ça. S’essuyant sur le pelage de la bête morte devant lui, il laissa échapper un profond soupir de soulagement avant de lever la tête vers Elyos : « Mec, t’as intérêt à me revaudre ça car t’aider et te sauver m’a littéralement et physiquement donné la nausée. » L’aider n’avait pas été son premier instinct, tout simplement car Rohan fonctionnait à l’envers : quand un ami lui demandait de l’aide et que tout ami à peu près normal viendrait à son aide, il fallait que Rohan fasse précisément l’inverse. Il avait décidé d’aider Elyos non pas parce qu’il aurait eu des remords en le laissant en pâture à la bête – peut-être qu’une infime partie de l’humain en lui oui -, mais parce qu’il savait qu’il était plus risqué de rester seul à ce moment précis qu’en compagnie d’une autre personne. Ce n’est pas qu’il n’affectionnait pas sincèrement Elyos, mais ce n’était tout bonnement pas dans sa nature. « Tu pourrais dégager cette carcasse qui traîne sur mon pied ? Je devrais lui arracher le pelage à c’te connerie là, tu penses que c’est illégal dans l’Underground le braconnage ? » S’il y avait bien une chose que Rohan ne lâchait jamais, c’était son sarcasme, et le moment d’accalmie éphémère s’y prêtait assez pour désamorcer la tension. Il regarda autour de lui, voulant s’assurer qu’il pouvait respirer plus de cinq seconde sans stresser, constatant soudainement l’absence de leur troisième coéquipière. « Et elle est partie ou Blondie ? Pisser dans un coin pendant que je faisais mon torrero ? » Rohan avait du mal à concevoir qu’elle puisse être partie, genre elle était Nocturne, son job c’était pas justement buter les bestioles du genre ? « J’te fais confiance pour la marche à suivre car visiblement, ma proposition de trajet s’est révélée assez décevante... » Décevante n’était pas vraiment le mot, mais bon, Rohan n’avait pas l’habitude de s’improviser Rahan l’enfant des âges farouches.
 



But i get crazy sometimes
I'm outta my mind, nothing can bring me down, or keep me sound, i won't get home on time. I won't apologize to you, I don't know what I want it's true. Meet the good, the bad and the crazy. Sanity has gone down the drain. ©️ code : Rose. // quote : Imany.  
Revenir en haut Aller en bas
Chloe Hamilton
the nightwatcher.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 13/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 65
⊰ Fragments d'Ombre : 1047
⊰ Nom de l'Avatar : Chloë Grace Moretz
⊰ Crédits : Evie
⊰ Couleur Rp : Rouge
⊰ Origine du Personnage : Nocturne
⊰ Citation : If you can't soar with the eagles, then don't fly with the flock...

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the nightwatcher.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Mer 24 Juin - 21:13
On streets we call the zoo
Chloe & Elyos & Rohan



On m'a déjà mise en garde à propos de l'underground. Des avertissements pas très originaux du style: n'y va pas, c'est plein de dangers tout moches, tu n'es pas encore prête pour ça, mais éventuellement un jour peut être on ira ensemble si tu es sage. La vérité, c'est que ces avertissements stupides étaient assez éloignés de la réalité. Bien sûr, c'était dangereux. Et ce n'est pas ma blessure qui dira le contraire. Mais en fait, le pire dans l'underground, c'est l'absence totale de sens qui y règne. Entre les animaux zombies, le concert de l'un et la partie improvisée de rodéo de l'autre, on peut dire que j'ai été gâtée. D'ailleurs, un résumé de nos aventures dans ce zoo ferait une super réclame pour cet autre plan de la réalité. l'underground : des rhinocéros tricephales, de la variété française et des rodéos !

Cela dit, les acrobaties de notre compagnon d'infortune parviennent miraculeusement à venir à bout du fauve qui s' écroule. Sur l'acrobate en question. Mon dieu. On est pas sortis de l'auberge avec deux types comme ça. Cela dit, même si sauter sur la défunte bête était une idée particulièrement stupide, je reconnais au moins que notre chevaucher de fauves est courageux. Je profite de cet instant de répit pour bander ma plaie avec un bout de ma chemise pendant que les deux gars bataillent avec la carcasse de la bête pour dégager notre cowboy national. Je n'ai aucune idée de ce qu'on va faire maintenant. On peut tenter de se cacher pour éviter d'autres rencontres jusqu'à ce que nous puissions rentrer chez nous. Je jette un coup d'œil aux alentours et j'aperçois un petit bâtiment qui ne semble pas trop dégradé et qui serait facilement défendable dans le cas d'une éventuelle attaque. Ça fera l'affaire.

- Ok les gars, je propose qu'on aille se réfugier la bas, on sera bien plus tranquilles qu'ici. Quelqu'un a une autre idée ou on fait comme ça?

Je pose cette question plus ou moins pour la forme. Je me doute que personne  n'a de plan, sinon on l'aurait déjà appliqué bien avant. Et quand bien même, si c'est un l'an élaboré par notre brave cowboy, je ne suis pas sûre de vouloir le suivre. Ce n'est pas le meilleur guide que je connaisse. Mais bon, au moins il s'est battu et ça le fait remonter un petit peu dans mon estime. Par contre, si l'autre décidé de nous refaire des vocalises en plein milieu d'un combat, je jure solennellement de lui arracher les cordes vocales à mains nues. D'autant plus que le choix de la chanson était lamentable, presque autant que la performance elle-même.

J'attends toujours que mes deux comparses daignent me répondre - décidément ils ne peut nt pas bien vifs - lorsque j'entends un meuglement et un choc derriere moi. Je fais volte face juste à temps pur assister au dernier spasme du rhinocéros qui vient d'expirer. Ce qui serait une bonne nouvelle pour nous si la dizaine de crocodiles qui sont responsables de sa mort ne se dirigeait pas droit sur nous. Ces saloperies se deplacent vite, bien plus vite que leurs pattes courtes et trapues ne laisser deviner. Leurs crocs surdéveloppés sont énormes, à tel point qu'ils ne peuvent plus fermer la gueule. Ce qui serait probablement cocasse si il y avait une vitre blindée entre eux et nous. La, je ne peux que m'imaginer les dégâts que doivent faire ces crocs et ce n'est pas faire lancement rassurant. Non mais sérieusement, pourquoi est ce qu'il n'y a pas dans ce zoo des animaux tout mignons qui feraient des câlins aux visiteurs? Pourquoi est on obligés de tomber sur les bestioles les plus hideuses échappées d'une Arche de Noé dégénérée? Je me retourne vers mes deux compagnons, que n'ont pas l'air d'avoir remarqué le danger qui s'approche.

- Vous savez quoi, je me fous de votre avis. On va foncer vers cet abri.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Elyos K. Seldzar
the offspring of angels.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 22/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 756
⊰ Fragments d'Ombre : 1304
⊰ Multi-compte(s) : Anna & Jolynn
⊰ Nom de l'Avatar : mathias lauridsen
⊰ Crédits : applestorm
⊰ Couleur Rp : tan
⊰ Origine du Personnage : selenim samaëlien

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the offspring of angels.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Dim 5 Juil - 16:04

Tu as presque commencé à perdre tout espoir. Face aux coups de griffes du tigre. Et l'absence d'aide extérieure. Tu sens ta peau se lacérer. Se déchirer. L'idée de sortir tes ailes pour te tirer de là te titille un instant. Il s'agit d'un cas d'extrême urgence, non ? Oui tout à fait … mais non. Tu ne tiens pas à les exposer. Malgré la présence de la faucheuse pas loin. Alors quoi ? Il te reste ta lumière. Pour aveugler la bête. Mais tu n'arrives pas à l'activer. Trop bousculé dans tous les sens pour te concentrer suffisamment. Alors c'est vraiment la fin pour toi. Assassiné dans l'Underground. Pour avoir simplement emmener une conquête au zoo. Quel terrible coup du sort, n'est-ce pas ? Ça t'apprendra à vouloir faire plaisir à une femme. Mais alors que tu te lamentes sur ton sort, le monstre est miraculeusement attiré ailleurs. Te libérant de ses pattes et de son corps. Tu retiens des plaintes de soulagement et tu roules sur le côté, les bras en croix contre ton torse. Les entailles laissées par le tigres sont nombreuses et imposantes. Le sang perdu est lui aussi impressionnant. Mais rien de fatal. Tu commences même à guérir doucement. Quand tes blessures te font un peu moins  souffrir, tu décides de te redresser. Une fois assis, tu assistes enfin à la scène de rodéo entre Rohan et le tigre. C'est bien lui qui est venu à ton secours alors ? Tu aurais presque plutôt penché sur l'aide la petite blonde qui vous accompagne depuis tout à l'heure. Puisqu'elle a déjà éliminé un des deux montres. D'ailleurs, en parlant d'elle, où est-elle passée ? Tu ne l'aperçois plus. En même temps tes prunelles n'arrivent pas à se détacher du show de Rohan,qui virvolte maintenant entre et contres les arbres. Mais, elle a très certainement se tirer. Sale lâche.

Tu l'oublies immédiatement en voyant le combat s'achever pas loin de toi. Ton ami a finalement réussi à l'achever en lui tranchant la gorge. Ils tombent tous les deux lourdement sur le sol. Pendant que tu te relèves. Toujours en plein rétablissement. Mais tu vas mieux, clairement. Grâce à lui. Il t'a sauvé d'une mort certaine. Tu es reconnaissant de sa présence ici. Tu ne peux pas le nier. « Mec, t’as intérêt à me revaudre ça car t’aider et te sauver m’a littéralement et physiquement donné la nausée. » Tu n'aimes pas être redevable. Mais pour t'avoir sauvé la vie, tu lui dois bien ça. N'est-ce pas là ce que tu chéris le plus au monde ? Ta vie ? Si, bien sûr, sinon tu n’aurais pas cherché à en profiter avec une telle volonté. Avec un tel acharnement. « Si on sort de là vivants, je m'engage même à te le rappeler. » Et ce n'est pas donné à tout le monde. Il pourrait presque s'estimer chanceux d'une telle faveur. Si l'environnement actuel n'était pas si menaçant. Mais tu te gardes bien de le lui dire. Vous vous occuperez de genre de futilités plus tard. « Tu pourrais dégager cette carcasse qui traîne sur mon pied ? Je devrais lui arracher le pelage à c’te connerie là, tu penses que c’est illégal dans l’Underground le braconnage ? » Tu souris avant de dégager Rohan du corps du tigre avec tes bras désormais à moité soignés. Au moins, il n'a pas perdu son sens de l'humour avec cette  mission sauvetage. « Et pour quoi au juste ? Tu souhaites montrer la fourrure aux autres bêtes en guise de dissuasion ? » Tu tends ta main au damné pour l'aider à se remettre sur pieds. C'est bien la moindre des choses que tu puisses faire. « Et elle est partie ou Blondie ? Pisser dans un coin pendant que je faisais mon torrero ? » Tu hausses les épaules. Tu ne l'as pas vu s'en aller. Mais visiblement, soit elle ne désire pas sortir de sa cachette soit elle est déjà loin. Au moins, à deux, vous pourrez être plus discrets qu'à trois. Même si une nocturne se révèle être un sacré avantage au cas où d'autres bêtes décident de casser la croûte. « Dommage qu'elle ait raté ton spectacle. C'était très divertissant à observer. » Autant que tes vocalises, n'est ce pas ? Tu te sens inutile. Et tu l'es. Ce n'est pas pousser la chansonnette qui vous aidera à trouver la sortie ou à survivre ici. « J’te fais confiance pour la marche à suivre car visiblement, ma proposition de trajet s’est révélée assez décevante ... » En effet. Tu as connu des sentiers plus tranquilles. Mais tu crains de ne pas être un meilleur guide que lui. Tu n'entends d'ailleurs pas la blondinette vous héler plus loin. Le dos tourné de sa petite silhouette, tu ne la vois même pas. Non par contre, tu es alerté par le dernier cri du rhinocéros de tout à l'heure. Vous ne pouvez pas rester là. Avec quelque chose à proximité qui a réussis à achever les plusieurs tonnes qui étaient prêtes à vous piétiner. Enfin, il te semble qu'il s'agit du rhinocéros. Mais tu ne tiens pas particulièrement à vérifier par tes propres yeux. Tu fais signe à Rohan de te suivre. Et sans un mot, tu prends le chemin vers l'aquarium. Oui, là où tu as failli te noyer avec un requin affamé. Mais au moins, tant que vous êtes sur le sol et hors de l'eau, vous ne le craigniez pas, n'est-ce pas ? Le chemin est miraculeusement calme et sans danger. C'est presque louche.

Tu t'arrêtes une fois à proximité. L'eau a légèrement débordé sur le béton extérieur, mais ce n'est pas ça qui attire ton attention. Mais plutôt un panneau qui affiche la carte du zoo. Tu t'en approches, les oreilles toujours branchées sur les alentours. Au cas où. Même si ta confiance en Rohan est au maximum, tu te doutes que tu ne peux pas compter uniquement sur lui pour vous maintenir en vie. « A ton avis, même modifiées quelles bêtes te semblent moins dangereuses ? » Bien sûr, il faudrait que chaque animal reste près de son enclos de départ. Sinon ça fout tout par terre. « On peut passez par là, l'enclos des chamois. Pour rejoindre les restaurants et la boutique de souvenir. » Tu es utopique. Tu es persuadé que vous serez plus à l'abri là bas. Même si tu te doutes que le plus innocent des écureuils de bases sont beaucoup moins charmants maintenant. « Ça te convient ? » Tu es presque aussitôt alerté par un grondement dans le bassin à quelques mètres de vous. Tes opales dévient sur l'eau. Tu n'avais même pas fait attention à la couleur. Elle est devenue légèrement rose. Le requin a du commencé son festin avec les quelques créatures surnaturelles qui ont basculé dans l'Underground au sous sol. Avant que les baies vitrées se brisent. La surface de l'eau s'agite. Et tu sais qu'il est temps de déguerpir. La bête marine est capable de sauter et de vous croquer malgré l'absence d'eau.

Vous partez donc en direction des restaurants, en passant à côté de terrains vides. Ça ne te rassure pas vraiment de les savoir inoccupés. Puisque désormais ces bêtes là peuvent être n'importe où. Et tu n'as qu'une hâte, c'est de pouvoir  t'enfermer dans un bâtiment. Le temps de trouver tranquillement un moyen de sortir de l'Underground. Le cri d'un aigle te fait instinctivement te réfugier en dessous d'un arbre. Tout en poussant Rohan au passage avec ta paume sur son épaule pour le cacher aussi. « Mais attends ! T'es pas censé ne pas te faire attaquer toi ? Ou alors je me suis trompé et tu n'es pas un damné ? » Évidemment que tu as cherché à savoir son alignement. Au moment où une amitié commençait à se former entre vous. Et en découvrant son alignement tu as tout de suite supposé sa nature. Tu ne lui as jamais demandé confirmation. Parce que tu étais sûr de ton coup. Et puis n'a-t-il pas dit tout à l'heure que te sauver était nauséeux ? C'est bien là une pensée de damné, non ? Et ce n'est que maintenant que ça te revient. N'as-tu pas entendu dire que les damnés appartenaient aux Neuf Enfers ? Donc soit il n'est pas un damné, soit il est une exception, soit il joue la comédie. Quoi que tu te doutes bien que si Rohan emmerde une créature, celle ci rendra les coups quand même. Mais ne peut-il pas se promener librement ici ? Tu fais bien de rester avec lui si c'est le cas.




Hands held high
Between my pride and my promise. Between my lies and how the truth gets in the way. And things I want to say to you get lost before they come.The only thing that's worse than one is none. Fear is not afraid of you. But guilt's a language you can understand ©️ code : Rose. // quote : Linkin Park.  
Revenir en haut Aller en bas
Rohan J. Lannislas
the unfaithful.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 28/04/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 139
⊰ Fragments d'Ombre : 1529
⊰ Multi-compte(s) : aucun.
⊰ Nom de l'Avatar : boyd holbrook.
⊰ Crédits : (c) blitz.
⊰ Couleur Rp : steelblue.
⊰ Origine du Personnage : damné (masque).


the unfaithful.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Jeu 6 Aoû - 1:22
Rohan ne s’est jamais vraiment vu comme un héros. Ce genre de figure appartient aux rêves et contes de fées dont on nourrit les humains depuis leur tendre enfance pour ne pas qu’ils perdent espoir. Qu’ils s’attendent toujours à ce qu’un beau et preux chevalier vienne à leur rescousse dans les moments de misère les plus profonds. Ou qu’il devienne l’un d’entre eux en aidant la veuve et l’orphelin pour donner un sens à leur vie. Rohan, lui, ça a jamais été trop son truc. Même humain. Il préférait arnaquer les autres, au contraire profiter de la bonté plutôt que de l’acclamer. Ou du moins, s’il en faisait l’éloge, c’était justement pour en tirer un profit quelconque. Donner de l’importance à son interlocuteur. Lui donner l’impression que Rohan l’admirait. Le percevait comme quelqu’un de spécial. Une personne à part. De toute façon, être un héros, c’était forcément être dans le parti du bien. Faire le bien. Aider à ce que le Bien règne sur Terre. La seule façon pour que Rohan se considère comme héros, c’était d’accomplir quelque chose qu’il percevait lui-même comme bien. Le seul problème, c’était qu’il était bien souvent le seul à le voir ainsi. Ou du moins, avec pour seuls compagnons les personnes de sa propre race. Les Damnés et leur logique à l’envers, demeurant éternellement incompris par les autres races. Le Bien comme valeur était une affaire de majorité. La majorité décide de ce qu’est le bien et le mal. Brûler les sorcières fut un temps considéré comme une bonne chose, alors que Rohan aurait voulu les garder en vie, puisque certaines appartenaient à sa race. Rohan était-il dans ce cas un héros ? La phrase semblait si absurde que Rohan avait soudainement envie de se proclamer le « bon samaritain sorcellique » pour la peine. Rohan venait-il de s’être proclamé en « héros » en sauvant la pomme de son ami Elyos ? Est-ce que ce dernier lui était redevable, ou au contraire, agacé de justement devoir lui être redevable par la suite ? Rohan savait en tout cas qu’à sa place, il serait plutôt dans le second cas. Ingrat jusqu’à son dernier souffle. Ingrat jusqu’à la tombe.

« Si on sort de là vivants, je m'engage même à te le rappeler. » Elyos était plutôt bon joueur, façade ou sincérité, Rohan était suffisamment paranoïaque, même avec quelqu’un qu’il considérait comme un ami, pour se poser la question. Toujours est-il que ce n’était pas le moment de tergiverser sur les intentions de son ami. Après s’être relevé, Elyos lui indique que leur troisième roue du carrosse s’est visiblement faite la malle, et si Rohan la comprend, cela ne l’empêche pas de fulminer intérieurement que leur meilleur élément se soit barré. Rohan, encore un peu sonné par son rodéo avec le félin, suit machinalement Elyos sans entendre la Nocturne les appeler d’un peu plus loin. Les deux comparses semblent se diriger vers l’aquarium, désormais complètement vidé de son eau, qui doit se balader dans les différentes arcanes de l’édifice. « A ton avis, même modifiées quelles bêtes te semblent moins dangereuses ? » Rohan n’était pas vraiment botaniste ou particulièrement calé dans le domaine animalier. La réponse la plus sérieuse qui lui venait en tête était des escargots, mais pas sûr que y’en ait beaucoup d’exposés dans le coin. « Je sais pas, je passe pas mon temps à regarder Discovery Channel tu sais, mais comme ça je dirais... les koalas ? » Les koalas, c’est les trucs qui aiment faire des câlins non ? Genre les animaux bisounours, au pire ils deviennent juste neutres, non ? Peu sûr de ses qualifications dans le domaine, il suit donc le Selenim dans l’enclos des chamois. « Ouais, si on trouve le pigeonland, on trouvera forcément la sortie, ils aiment bien t’arnaquer et te vider de ton pognon juste avant que tu te casses. » Rohan a à peine le temps de finir sa phrase que, comme Elyos, il est interpellé par un grondement derrière lui et se retourne vers l’aquarium. La couleur agréablement rosée de l’eau lui donne presque envie d’un petit creux, il ne sait pas vraiment pourquoi. « Au moins, y’en a qui ont l’air de s’amuser. » se contente-t-il de dire. Mais Elyos a déjà commencé à tracer sa route et Rohan le rejoint alors en vitesse. En soi, lui n’en n’a que peu faire, en tant que Damné, il n’a aucune raison de se faire attaquer dans l’Underground. Mais, il n’aurait pas envie de finir comme dommage collatéral d’un affrontement entre deux animaux, et puis, maintenant qu’il a sauvé la vie d’Elyos et que ce dernier lui est redevable, autant qu’il s’arrange pour le garder en vie et lui soutirer quelque chose plus tard. Ah le revoilà, le bon esprit pragmatique et cruel du Damné. Rohan commençait presque à s’inquiéter. Ce dernier, pourtant vif d’esprit, est surpris de la rapidité du Selenim qui le pousse contre un arbre lorsqu’un cri d’aigle se fait entendre. Rohan peut apercevoir le restaurant avec sa pancarte de travers, qui s’agite au gré du vent, au bout du chemin. A environ trois minutes à pied. Une minute en courant. Seulement, il aperçoit aussi lorsqu’il lève discrètement les yeux la horde d’aigles en cercle dans le ciel, qui semblent comme attendre qu’une petite proie se jette dans ce chemin bien découvert et large. Une belle embuscade en somme.

Alors que Rohan observe les alentours pour essayer de trouver un chemin plus discret et couvert par des arbres, Elyos a soudain une fulgurance. « Mais attends ! T'es pas censé ne pas te faire attaquer toi ? Ou alors je me suis trompé et tu n'es pas un damné ? » Eh merde. Il est grillé désormais. Enfin, pas tout à fait. Il n’allait évidemment pas dire que la seule raison pour laquelle Rohan traînait encore avec Elyos, c’était parce qu’il attendait gros du service que le Selenim allait pouvoir lui rendre par la suite, mais disons, arranger la réalité pour que leur partenariat paraisse plausible. « Certes. Mais je peux tout à fait me prendre un dommage collatéral genre une vitre ou un coup de patte par accident pendant que ces créatures à la con se mettent sur la gueule. Et puis, vu que j’ai croisé votre chemin, j’avais peur que si j’me barre ou j’me la ramène avec mon statut d’immortel dans le coin, vous vous mettiez à me coller aux basques et à compter sur moi pour tout et n’importe quoi tant que ça sauve votre peau. » La qualité de Rohan dans ce genre de situation, et qui faisait souvent de lui un excellent Second, c’était qu’il savait lorsqu’il fallait se taire. Au moins, la Nocturne n’était pas au courant et s’il était amené à la revoir, il pourrait lui faire une petite leçon de morale. « Bon, maintenant que tu sais et qu’on est tous les deux, sans une fillette pour nous ralentir, autant qu’on en profite : le seul moyen d’accéder à ce restaurant, c’est de se faire la ligne droite là, on est d’accord ? Le problème, c’est que les aigles américains nous, enfin toi surtout, attendent au tournant. » La proposition que Rohan allait apporter allait sûrement cocasse, mais c’était seule avec le plus haut taux de réussite à l’heure actuelle. « Donc, le seul moyen qu’on y arrive tous les deux en seul morceau, c’est que tu me portes sur ton dos, et que je te serve donc de bouclier, ou de camouflage. Les aigles vont peut-être essayer de t’attaquer aux pieds, c’pour ça qu’il va falloir que tu nous la joue Usain Bolt sur ce coup là si tu veux t’en sortir. » On dirait une mauvaise épreuve de jeux télévisés, mais la réalité était bien là : Rohan allait devoir s’accrocher comme un koala à Elyos pendant que ce dernier allait devoir se taper un sprint jusqu’au restaurant. Rohan, premier damné koala du nom.

 



But i get crazy sometimes
I'm outta my mind, nothing can bring me down, or keep me sound, i won't get home on time. I won't apologize to you, I don't know what I want it's true. Meet the good, the bad and the crazy. Sanity has gone down the drain. ©️ code : Rose. // quote : Imany.  
Revenir en haut Aller en bas
Elyos K. Seldzar
the offspring of angels.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 22/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 756
⊰ Fragments d'Ombre : 1304
⊰ Multi-compte(s) : Anna & Jolynn
⊰ Nom de l'Avatar : mathias lauridsen
⊰ Crédits : applestorm
⊰ Couleur Rp : tan
⊰ Origine du Personnage : selenim samaëlien

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the offspring of angels.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Sam 8 Aoû - 17:11

Tu l'écoutes se justifier. Est-ce que tu y crois ? Sûrement, mais tu n'es pas certain d'avoir les idées claires avec cette situation pourrie.  Quant à profiter de son statut de damné, ce n'est même pas la première chose qui t'avait traversé l'esprit en le voyant. Sûrement à cause du rhinocéros prêt à foncer sur toi. « Bon, maintenant que tu sais et qu’on est tous les deux, sans une fillette pour nous ralentir, autant qu’on en profite : le seul moyen d’accéder à ce restaurant, c’est de se faire la ligne droite là, on est d’accord ? Le problème, c’est que les aigles américains nous, enfin toi surtout, attendent au tournant. » Sans déconner ? Jusque là  tu es d'accord. Mais tu devrais peut-être l'arrêter là. Parce que même s'il t'a sauvé la vie, s'il a dû le faire, c'est parce qu'il t'a emmené droit sur les tigres. Il serait peut-être plus judicieux de suivre tes idées et pas les siennes. Après tout quand tu as joué le guide, vous vous en êtes plutôt bien sortis. Mais tu n'oses pas l'interrompre et te contentes d’acquiescer de la tête silencieusement. Son plan ne peut pas être si terrible que tu l'imagines. Puis, ton sauvetage est encore tout frais, pour l'instant tu continues de le respecter. Sans compter que son statut de damné te semble la meilleure aide possible ici. « Donc, le seul moyen qu’on y arrive tous les deux en seul morceau, c’est que tu me portes sur ton dos, et que je te serve donc de bouclier, ou de camouflage. Les aigles vont peut-être essayer de t’attaquer aux pieds, c’pour ça qu’il va falloir que tu nous la joue Usain Bolt sur ce coup là si tu veux t’en sortir. » De quoi ? Tu ris à sa proposition. Tu ris parce que tu penses à une mauvaise blague. Parce que ce plan te semble plus que grotesque. Mais tu t'arrêtes bien vite face à la mine sérieuse de Rohan. Il à l'air d'y croire à ses paroles. Et en cette mission plus que tordue. Tu aurais dû le couper et proposer autre chose. Mais tu es bien conscient que son aide n'est pas de trop. Pourtant tu as l'impression d'augmenter ta dette envers lui. Tu n'es plus vraiment à ça près, n'est ce pas ? Il continue à vouloir te sortir de là. Et bien que tu apprécies, tu imagines que cette bonne action cache quelque chose. Mais ça, tu y réfléchiras plus tard. « Merde, tu es vraiment sérieux ? » Tu es déjà crevé. Cet environnement poussiéreux te plombe ton énergie, et ton agression n'a rien arrangé. Tu préférerais plutôt rester là. A te concentrer pour te servir de l'Invisible. Pour sortir de ce truc. Mais ne vaut-il pas mieux faire ça au calme ? Le restaurant pourrait te servir d'abri pour foutre le camp. Ici sous cet arbre, tu es trop exposé. Même avec Rohan à proximité. Puis est-ce que tu te sens de l'abandonner tout de suite ? Sachant qu'il fait partie d'une race qui galère pour fuir l'Underground ? Sûrement que plus tôt dans la journée, tu n'aurais pas hésité à le faire. Mais là non, pas avec le poids de la reconnaissance qui te pousse à te montrer moins égoïste. Alors il va falloir que tu rassembles tes forces Elyos. Pour détaler le plus vite possible avec la masse du damné sur ton dos. Il a l'air de faire la même taille que toi et le poids risque d'être sensiblement le même. Pas de chance. Dommage que la petite nocturne de tout à l'heure ne soit pas une damnée, elle aurait été plus facile à transporter que ton sauveur. Tu n'as plus qu'à espérer que ça vaille le coup. « Bon d'accord. Allez grimpe. » Tu te retournes pour lui offrir ton dos. Tu attrapes instinctivement ses jambes lorsqu'il s'installe sur toi. Tu sens ses bras se refermer autour de ton cou. Putain, tu dois vraiment avoir confiance en lui pour accepter ça. Tu as aussi la mauvaise impression qu'il pèse plus qu'il en à l'air. « Tu devrais penser à arrêter les desserts. » Pourquoi il n'est pas une gamine de 40 kilos à peine hein ?

Et tu files vers le restaurant. Essayant de te concentrer uniquement sur ce point à atteindre. Et à rien d'autre. Tu entends à peine les cris des aigles qui doivent voler en rond au dessus de vous.  Tu sens les jambes de Rohan glisser de tes mains. T'obligeant à resserrer la prise. T'es tout sauf à l'aise là. Et tu as l'impression que le restaurant s'éloigne plus qu'il ne se rapproche. Et si tu es d'abord parti en sprint, maintenant tu ralentis. La suie de l'air te rentre dans les narines et infiltre tes poumons. Tes yeux s'humidifient par l'effort pour ne pas tousser maintenant. Tu sens l'énergie te quitter à chacun de tes pas. Foutu Underground. Il doit vous rester à peine deux mètres pour atteindre votre nouveau refuge quand tu sens des serres essayer d'attraper tes cheveux. Avec un peu trop d'instance. Assez pour réussir à te faire perdre l'équilibre. Tu t'écrases au sol, Rohan toujours sur le dos. Après t'avoir sauvé la vie, il va te tuer en t'étouffant le con. L'instinct de survie est pourtant trop fort et te fait ramper jusqu'à la porte. Dans votre position plus qu'étrange.  Mais le restaurant est enfin à portée de main. Oui, enfin. Tu n'as jamais était aussi soulagé à l'idée d'y rentrer. « Ce serait bien de l'ouvrir maintenant avant ... » Tu n'as pas le temps de finir ta phrase. Tu es interrompu par le cri d'un aigle qui te semple beaucoup trop proche. Mais ton champ de vision ne s'étend que jusqu'au bas de la porte. Et tu t'impatientes de pouvoir te mettre à l'abri. Parce qu'ils ont l'air de s'en foutre royalement de ton bouclier. Tu espères qu'aucune autre bête vous attends à l'intérieur. Mais tu t'en inquiéteras une fois que tu auras des murs entre toi et ces dangereux volatiles qui veulent ta peau. « Ouvre bordel. » Il te faudrait un effort surhumain pour le dégager de toi et te relever pour atteindre la poignée. Récupérant ce que tu peux d'énergie ainsi affalé sur le sol.




Hands held high
Between my pride and my promise. Between my lies and how the truth gets in the way. And things I want to say to you get lost before they come.The only thing that's worse than one is none. Fear is not afraid of you. But guilt's a language you can understand ©️ code : Rose. // quote : Linkin Park.  
Revenir en haut Aller en bas
Rohan J. Lannislas
the unfaithful.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 28/04/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 139
⊰ Fragments d'Ombre : 1529
⊰ Multi-compte(s) : aucun.
⊰ Nom de l'Avatar : boyd holbrook.
⊰ Crédits : (c) blitz.
⊰ Couleur Rp : steelblue.
⊰ Origine du Personnage : damné (masque).


the unfaithful.

MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   Dim 9 Aoû - 19:31
Rohan commençait à s’impatienter ici. Le plan qu’il a proposé était celui de l’urgence, celui afin de sortir le plus vite d’ici. En compagnie d’Elyos, évidemment. Car Rohan pouvait tout à fait rester peinard sur son arbre, prendre cinq-dix minutes pour sortir de l’Underground, qui est un processus plus long chez lui, et laisser Elyos ici. C’est pas comme si c’était pas une possibilité qu’il n’avait pas étudiée. Seulement, il aurait servi à quoi, son petit rodéo avec le félin, ses prises de risque à la con, sa nausée de merde, s’il l’abandonnait maintenant ? A rien. Donc, quitte à être vraiment con, autant l’être jusqu’au bout, histoire que ça serve à quelque chose. Il avait bien vu que Elyos n’était pas fan de son idée. S’en moquait même. Rohan savait bien que son idée prêtait au sourire. Qu’elle ressemblait probablement à un stupide pari entre amis à la fin d’une soirée alcoolisée. Mais cela n’avait rien d’une blague non. Le corps, l’odeur de Rohan servirait, au moins temporairement, de camouflage à celui d’Elyos. « T’as une meilleure idée peut-être ? Je sais que la situation paraît cocasse, mais tu vas devoir te taper le steak-frites que j’ai pris à midi, ouais. » Maintenant que Elyos semblait avoir accepté l’idée, autant en profiter pour se permettre quelques vannes, dans tous les cas, il avait rien à risquer. Au pire, Elyos crevait en route et Rohan partait avec l’idée qu’il avait tout fait pour sauver son ami – comprenez la conscience tranquille. Remontant son pantalon, il s’appuie doucement sur le dos du Selenim pour se soutenir, plaçant ses deux mains sur les épaules du jeune homme. « Concentre-toi sur la route au lieu de dire des inepties » répliqua-t-il sur sa remarque acerbe sur les desserts. Faut croire qu’être sur le dos de quelqu’un lui donne soudainement un côté autoritaire. Faut dire qu’il est mal installé sur le dos voûté de son ami. Il a envie qu’on en finisse. Et vite. Elyos commence à courir. Les premiers instants, tout va bien. Rohan scrute le ciel pour regarder le mouvement des aigles américains. Visiblement dupé par le subterfuge, les deux comparses arrivent à avancer sur la ligne droite. Seulement, la bonne foulée d’Elyos n’est que de courte durée. Rapidement, Rohan sent la prise de ce dernier sur ses gens faiblir, alors que Rohan fait comme il peut pour maintenir ses jambes accrochées aux hanches du Selenim. Sa course ralentit également, Rohan accuse probablement l’air de suie de l’univers, qui, lui, ne lui cause toutefois aucun problème. « Allez l’étalon, c’est pas le moment de jeter l'éponge, les aigles commencent à s’agiter. » souffle-t-il à son partenaire, les yeux rivés sur le ciel. Il voit un aigle entamer une course hors de son cercle, en se dirigeant sur eux. Bon, l’effet de surprise fut de courte durée.

Et voilà qui y’en a qui fonce sur eux. Pas pour attaquer Rohan non, sa cible, c’est plutôt la crinière blonde d’Elyos. Rohan sort une de ses mains, se mettant dans une position plus instable, pour essayer d’arracher l’oiseau de sa position. Si lui ne craint rien, autant en profiter. Mais l’oiseau est tenace, ses serres sont profondément enracinées dans le crâne de son ami. Rohan prend une poigne plus ferme, commençant à serrer l’oiseau dans sa paume dans le but de le faire plier, et après quelques instants, il parvient à arracher auquel il a pratiquement tordu le cou. « J’espère que tes cheveux vont pas te manquer » ajoute-t-il. Mais son partenaire ne l’écoute plus. Il peut sentir la chaleur étouffante de son corps et dans le pas qu’il suit, ce dernier s’écroule à terre. « Tu vas pas me faire un Game Over maintenant mec. » dit-il agacé alors qu’il rampe sur le côté pour laisser Elyos respirer. Le Damné se lève aussitôt, frappant du pied dans un aigle qui se mettait à becter Elyos du visage. Il ouvre la porte alors que Elyos lève la main pathétiquement comme dans un film à suspens pour tenter d’ouvrir la porte. Il tire rapidement le Selenim par le pantalon pour le traîner à l’intérieur du restaurant vide et délabré, fermant automatiquement la porte derrière lui. Un aigle a réussi à se glisser à l’intérieur du restaurant mais Rohan ne lui laisse pas le temps de faire quoique ce soit, utilisant son don de télékinésie pour lui projeter des bouts de verres qui traînaient sur une table, tuant l’animal en plein vol. Il jette un rapide coup d’œil aux alentours, vides et sombres. « Bon, ça m’a l’air tranquille. » Rohan s’avance vers une fenêtre pour regarder le zoo de l’extérieur. La sortie est juste en face. La zone a l’air déserte, ils devraient s’en sortir. Mais au vu de l’état de son coéquipier, continuer dans cet univers ne semble pas judicieux. Rohan s’oriente vers ce qui semble être le bar du restaurant, trouvant une bouteille d’eau qui semble neuve et sans modifications apparentes. Il revient vers Elyos pour s’accroupir et lui tendre la bouteille. « La sortie est juste là, mais vu ton état, vaut mieux que tu te concentres pour sortir de là ici, au calme. Car la porte d’entrée est grande ouverte et vu tout ce qu’on a pu voir jusqu’à présent, ça m’étonnerait pas que de sales trucs traînent encore aux alentours de l’entrée du zoo. » S’asseyant à côté de lui, il respire quelque peu contemplatif, semblant profiter de ce moment d’accalmie. Puis il se met en tailleur et commence à se concentrer pour sortir de l’Underground. « Bon bah on se voit de l’autre côté, et pour info, j’arrêterai jamais les desserts. » Ironie et sarcasme jusqu’au bout évidemment. On change pas une équipe qui gagne.


RP TERMINE
 



But i get crazy sometimes
I'm outta my mind, nothing can bring me down, or keep me sound, i won't get home on time. I won't apologize to you, I don't know what I want it's true. Meet the good, the bad and the crazy. Sanity has gone down the drain. ©️ code : Rose. // quote : Imany.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On Streets We Call The Zoo   
Revenir en haut Aller en bas
 

On Streets We Call The Zoo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On Streets We Call The Zoo
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Call of Chtulhu LCG
» ~ call me maybe (baptiste)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORS . ULTIMA :: Toronto Zoo-