Forum Fermé

vous pouvez retrouver mors ultima 2.0, repris par kitkat et elyos (avec notre accord ) :

MORS ULTIMA V2

vous pouvez également nous retrouver (almery et ellaenys) sur un tout nouvel univers :
AES SIDHE


Partagez | 
 

 The brother, the sister, and the other guy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Saul D. Northman
the nightwatcher.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 07/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 345
⊰ Fragments d'Ombre : 1184
⊰ Nom de l'Avatar : James McAvoy
⊰ Crédits : Lizard Inc & Rose
⊰ Couleur Rp : MediumPurple
⊰ Origine du Personnage : Nocturne
⊰ Citation : The more I see, the less I know for sure

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the nightwatcher.

MessageSujet: The brother, the sister, and the other guy   Dim 10 Mai - 17:07
The brother, the sister, and the other guy
ft. Saul D. Northman & Céleste L. Northman.

   
Ce rp est la suite directe du test rp de Saul, pour plus de renseignements, n'hésitez pas à consulter ma fiche ^^

L'Underground... Dimension étrange emplie de mystères, aussi effrayante que fascinante. Que faisait-elle là, pourquoi existait-elle, comment, depuis quand, autant de questions auxquelles il était difficile voir impossible de répondre. Elle était partout juste sous nos yeux, pourtant ceux capables de la voir et de s'y rendre n'étaient pas bien nombreux. Saul était l'un d'entre eux, bien que pour lui la manière dont il avait accédé à ce plan lui échappait encore totalement. A vrai dire il ne comprenait pas trop ce qu'il venait de lui arriver, fichtre, il ne savait même pas ce qu'était l'Underground. Nocturne un peu malgré lui ses connaissances étaient bien trop limitées, il ne pouvait que supposer et déduire. Le décor lui était familier, il pouvait reconnaître le quartier dans lequel il se trouvait quelques minutes plus tôt malgré la moisissure, la rouille et le délabrement des lieux. L'air infect qui envahissait ses poumons, les ténèbres qui couvraient les cieux au dessus de sa tête, il n'était pas idiot, il comprenait bien qu'il avait affaire là à une sorte de Plan alternatif.
A peine arrivé le danger vint l'alpaguer, sous la forme d'une immonde créature globuleuse prête à tout pour faire de lui son quatre heures. Bien vite il avait identifié le monstre comme étant un Démon, non pas parce que c'était "la seule explication logique" mais bien parce que ses instincts le lui avaient fait comprendre. Même s'il ne voulait toujours pas l'accepter, Saul était un Chasseur d'Ombre. Cela impliquait des pouvoirs, mais aussi des instincts. Une envie irrépressible de dégommer tout ce qui appartenait de près ou de loin aux Abysses et cette bestiole, elle réveillait ce genre d'envie en lui. Mais Saul n'était pas comme les autres Nocturnes, il ne s'était pas donné corps et âme dans cette cause absurde qu'était la traque et l'extermination sans relâche des Démons. Il n'était pas comme ceux qui ne pouvaient plus se passer du sang de ces affreux machins, de l'ivresse des combats, de l'extase apportée par le pouvoir au risque de sombrer à tout moment dans la Rage Sanguine. Il avait encore toute sa tête, et pas une seule goutte de sang démoniaque dans ses veines. Raison sans doute pour laquelle au lieu de foncer dans ce tas de chair suintant pour s'en tailler un bout il avait préféré la fuite, s'assurant que le monstre ne puisse le suivre, coincé entre les murs étroits du petit snack-restaurant où il avait fait l'erreur de suivre le reporter...    
Saul devait se presser, cet affreux Démon n'était sans doute pas la seule créature à fréquenter les lieux. Trouver un endroit sûr était la priorité mais comment être certain qu'un tel endroit existait dans cet environnement hostile? Plus intrigué que véritablement effrayé, il ne pouvait s'empêcher de s'arrêter quelques courts instants sur chaque mur, chaque vitrine, même les bouches d'incendie. Il reconnaissait chaque coin de rue mais était littéralement fasciné l'état étrange dans lequel tout se trouvait. Bien trop curieux pour son propre bien, il voulait savoir comment tout cela était possible.
Il y avait juste une chose à laquelle il ne voulait pas penser cependant: Céleste. Car même s'il ne s'en était pas encore rendu compte, c'était à cause d'elle qu'il était arrivé là. L'apercevoir à l'autre bout de la rue l'avait pris complètement par surprise, au point de le faire littéralement paniquer. Même si son mutisme n'était plus depuis longtemps, il ne s'était pas pour autant remis du traumatisme provoqué par sa chère soeur il y a quinze ans de cela. La voir penchée au dessus des corps décharnés de ses parents avec un sourire qui aujourd'hui encore continuait de lui refiler des cauchemars, ça avait laissé une cicatrice sur son mental qui n'était pas prête de disparaître. Mais Céleste devait être loin, très loin enfermée au fin fond d'un hôpital psychiatrique d'où elle n'était jamais censée ressortir. Alors pourquoi s'était-elle trouvée là, à quelques mètres à peine de lui en plein Toronto? S'était-il trompé? s'agissait-il d'une autre personne lui ressemblant vaguement? Non, bien sûr que non. Il savait que c'était-elle, c'était bien pour ça qu'il avait autant paniqué. Leurs regards s'étaient croisés une fraction de seconde à peine mais il savait, c'était bien sa grande soeur.
Le choc émotionnel était ce qui avait provoqué son basculement vers l'Underground, il ne l'avait juste pas encore saisi. Ce qu'il n'avait pas saisi non plus c'était que Céleste pouvait le suivre jusque là, et c'était peut-être d'elle qu'il devait se méfier au final. Car aux yeux de Saul, sa soeur restait bien plus effrayante que tous les Démons qu'il allait pouvoir croiser dans ce Plan nauséabond...
Après quelques minutes d'exploration, il jeta son dévolu sur un immeuble d'habitation. La porte d'entrée du rez-de-chaussée avait été défoncée, mais ce n'était pas le cas de l'appartement à l'étage où il avait décidé de se poser. S'il devait réfléchir à un moyen de regagner le monde normal autant le faire dans de bonnes conditions, à l'abri des dangers qui rôdaient à l'extérieur. Mais alors qu'il agrippa une chaise pour coincer la porte de l'appartement, Saul entendit quelque chose...  

   



All my life
All my life I've been searching for something, something never comes never leads to nothing, nothing satisfies but I'm getting close, closer to the prize at the end of the rope. All night long I dream of the day, when it comes around then it's taken away. Leaves me with the feeling that I feel the most, feel it come to life when I see your ghost...
©️ code : Rose. // quote : Dave Grohl.  
Revenir en haut Aller en bas
Céleste L. Northman
the demoniac soul.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 10/02/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 86
⊰ Fragments d'Ombre : 1154
⊰ Multi-compte(s) : Raven M. Hartgreave
⊰ Nom de l'Avatar : Eva Green
⊰ Crédits : Shiya
⊰ Couleur Rp : #9C5C24
⊰ Origine du Personnage : Berserker

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Escargot(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the demoniac soul.

MessageSujet: Re: The brother, the sister, and the other guy   Sam 16 Mai - 20:30

The Brother, The Sister & The Other Guy
ft. Saul & Céleste

Je pestais intérieurement. Il avait fuit ! Nous ne nous étions pas vus depuis quinze ans et c'était comme ça qu'il avait décidé de réagir ? Incroyable. Je ne l'avais pourtant pas menacé, pas encore du moins. Il avait suffit que mon regard croise le sien pour lui donner l'envie de détaler. Déçue, vraiment, j'étais vraiment déçue. Et voilà qu'en plus, il m'obligeait à le poursuivre dans l'Underground. Déçue ! J'étais... Oui, d'accord, je l'ai déjà dit. Martelant le sol de mes talons hauts à chacun de mes pas, je me contentais de marcher rapidement alors que lui avait détalé comme un lapin. Il était inutile de se presser, j'allais finir par le retrouver, surtout dans cet endroit. « Calme-toi, il ne doit pas être bien loin de toutes manières. » me soufflait Ipès. Il avait raison, je devais me reprendre. Arrêtant subitement mon allure déterminée, je prenais le temps d'inspirer profondément. Enfin, si tant est que l'on puisse réellement respirer ici. En fait, c'était davantage le geste et l'intention qui faisaient du bien, plus que l'oxygène souillé. L'air était vraiment dégueulasse, l'atmosphère irrespirable et l'ambiance glauque. Oui c'était le mot, glauque. Je ne voyais rien à plus d'une quinzaine de mètres devant moi mais en revanche, j'entendais parfaitement bien. Quelqu'un semblait s'acharner plus que de raison sur... Une porte ? Un mur ? Je ne savais pas, mais en tout cas, un obstacle devait barrer le chemin à cette personne, ou cette chose au vu des grognements. Je reprenais mon chemin et m'arrêtais de nouveau lorsque j'étais en mesure de deviner la silhouette difforme du démon. Saul ne devait pas être loin. Je devais me trouver une planque en l'attendant sous peine de me faire repérer à mon tour.

Je pénétrais alors dans l'une des boutique de la rue, enjambant sans ne faire aucune remarque sur les morceaux de restes humains qui jonchaient le sol, et refermais derrière moi. D'un calme olympien, je scrutais les alentours au travers de la vitrine, attendant patiemment que l'ombre du frère apparaisse non loin de là, ce qui ne tardait pas à arriver. « Qu'est-ce qu'on va lui faire ? Je suis d'humeur créative aujourd'hui... » reprenait le démon qui m'habitait. « Rien. » répondais-je en langage démoniaque, tout en continuant de scruter la rue et l'ombre de Saul qui se mouvait à travers les bâtiments. « Comment ça rien ?! C'est ton frère !! »  Justement, c'était mon petit frère et je n'avais aucune envie de finir de décimer ma famille, contrairement à Ipès qui semblait soudain contrarié. J'avais toujours su au fond de moi, quelque part, que le jour où je retrouverai Saul, mon démon voudrait finir ce qu'il avait commencé. C'était pour ça que j'avais pris tout mon temps pour le retrouver alors qu'il n'y avait jamais rien eu de compliqué puisque cet abruti n'avait même pas été foutu de changer de nom. Cela faisait des semaines que je savais où il habitait, où il travaillait, quel chemin il empruntait... et cela faisait donc des semaines que je luttais contre un Ipès surexcité. Sans doute était-ce là que j'avais réellement compris ses intentions, enfin, plutôt que j'avais dû admettre ce que j'avais toujours soupçonné sans jamais oser l'avouer : il voulait me pousser à assassiner mon frangin, comme il l'avait fait pour mes parents. Oh je savais aussi comment cela allait se terminer, il réussirait mais... « Pas aujourd'hui, Ipès. Pas maintenant, pas comme ça. Tu veux t'amuser mais tu ne vois que le résultat final... Moi, je veux m'amuser en amont. Je veux lui faire payer ces quinze années de silence. » annonçais-je, tandis que Saul entrait dans l'immeuble d'en face, sans doute pour se mettre à l'abri. Etait-ce vrai ? Voulais-je vraiment lui faire payer ? Peut-être. Je devais avouer que j'étais assez confuse concernant le dernier survivant de la famille Northman. En tout cas, ce genre de promesses me permettrait de gagner du temps, au moins un peu, avec mon démon.

A peine Saul était-il entré dans l'immeuble que je me lançais à sa suite. La démarche féline et les lèvres étirées en un sourire carnassier, je profitais du trajet pour enfiler sur chacun de mes doigts mes griffes en acier, mon arme favorite. Oui, j'avais dit ne pas vouloir le tuer aujourd'hui mais on ne sait jamais.
Au moment où je pénétrais dans le hall, j'entendais une porte se refermer rapidement. Ainsi donc s'était-il déjà enfermé dans l'un des appartements à l'étage. Le plus silencieusement possible, j'empruntais les escaliers et ne tardais pas à deviner où il avait trouvé refuge. Trois portes sur le palier, deux défoncées et une seule fermée, ce n'était pas bien compliqué. Arrivée devant la porte, le plancher laissait échapper un petit craquement sous mon poids. Oups, je devais être repérée. Alors, comme pour adoucir l'annonce de ma venue, je me mettais à fredonner doucement l'air d'une berceuse que je lui chantais parfois lorsque nous étions enfants, avant d'ouvrir la porte d'un coup sec. Ça y est, nous étions enfin face à face. Le frère et la sœur. Lui armé d'une chaise, sans doute dans le vain espoir de coincer la porte d'entrée, et moi, armée de mes griffes et ma folie. C'en était trop et je pouffais de rire. « Tu comptais vraiment sur une chaise pour te défendre ?! » demandais-je, amusée. « Pathétique. » riait intérieurement Ipès.

« Bah alors Saul, tu n'embrasses pas ta sœur ? Quinze ans loin l'un de l'autre, c'est long. Je ne t'ai pas manquée ? » demandais-je la moue boudeuse en refermant la porte derrière moi, piégeant ainsi le chat avec le rat.  

Revenir en haut Aller en bas
Saul D. Northman
the nightwatcher.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 07/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 345
⊰ Fragments d'Ombre : 1184
⊰ Nom de l'Avatar : James McAvoy
⊰ Crédits : Lizard Inc & Rose
⊰ Couleur Rp : MediumPurple
⊰ Origine du Personnage : Nocturne
⊰ Citation : The more I see, the less I know for sure

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the nightwatcher.

MessageSujet: Re: The brother, the sister, and the other guy   Mar 19 Mai - 15:30
The brother, the sister, and the other guy
ft. Saul D. Northman & Céleste L. Northman.

 
Quel idiot... Tellement fasciné par l'Underground et ses dangers, Saul avait presque oublié la raison qui l'avait amené en ces lieux étranges au départ. Ce n'était pas la chance, encore moins le hasard. C'était Céleste, et l'incroyable flot d'émotions que son apparition avait provoqué en lui. Certes il n'avait peut-être pas encore compris comment tout ça fonctionnait, mais en attendant les faits étaient là. Il était ici à cause d'elle et s'il était parvenu à pénétrer dans cette dimension étrange, qu'est-ce qui empêchait sa soeur de faire de même? A cause de l'immonde bestiole qui l'avait accueilli à son arrivée, cette possibilité lui avait complètement échappé, il n'y avait même carrément pas pensé. Mais cette fois la réalité des choses lui revint en pleine tronche comme une grosse claque dans la gueule. Il pensait s'être trouvé un petit coin à l'abri pour pouvoir réfléchir, il venait en fait de se tendre un énorme piège tout seul, et celui-ci ne perdit pas de temps à se refermer sur lui telle une vilaine plante carnivore...

Chaise en main Saul se figea en entendant plancher grincer derrière la porte de l'appartement. Le souffle coupé il tendit l'oreille, pour entendre un timbre de voix qu'il connaissait très bien pousser une petite berceuse nostalgique, dont chaque note l'emplissait progressivement d'effroi. Ses yeux s'écarquillaient de plus en plus, les frissons paralysaient ses muscles et la sueur commençait à perler le long de ses tempes. Céleste était là, derrière la porte et lui était incapable de bouger le moindre poil. Il était littéralement terrorisé, si bien que lorsqu'elle poussa la porte d'un coup sec Saul bondit sur place, avant de retrouver immédiatement son état stupéfié. Même sa gorge refusait de réagir, il n'était pas capable d'émettre le moindre son. Le rictus affiché par sa chère soeur n'arrangeait rien. Elle avait presque le même air dément que lors du meurtre de leurs parents, le même fameux sourire qui hantait encore les nuits du pauvre petit dernier des Northman. Tout comme il y a quinze ans il se sentait complètement sans défense, incapable de penser clairement. Si bien que lorsque Céleste pouffa et mentionna la chaise, Saul fixa lentement l'objet d'un air absent. Son cerveau tournait au ralenti, pire il était en train de lui lâcher des bonnes grosses "erreurs système".
La... La chaise... Quoi qu'est-ce qu'elle a la chaise? Ah! Balançant d'un coup l'objet par terre comme s'il s'agissait d'une chose répugnante il bondit à nouveau avant de fixer sa soeur d'un air ahuri, limite halluciné. Soudain il recula jusqu'au mur, à nouveau avec sa rapidité, comme lorsqu'il l'avait aperçue en pleine rue plus tôt dans la journée. Là s'il avait été un chat ou un singe, il aurait probablement grimpé au plafond. Il n'avait nulle part où s'enfuir et très vite la panique commençait à envahir son esprit. Il ne pensait déjà pas très clairement avant mais là c'était le bouquet. Sa respiration se saccadait de plus en plus, son regard s'agitait vainement dans tous les sens à la recherche d'une issue inexistante, son corps tout entier choppait la tremblotte. Les questions de Céleste? Il ne les avait même pas assimilé, tout ce qu'il entendait c'étaient les battements de son propre coeur, qui passaient progressivement de locomotive vapeur à fuckin' TGV.
Plongeant maladroitement sa main frémissante dans sa veste, il en extirpa le couteau de chasse de son père, leur père. Avec ses vacillements ridicules la courte lame paraissait bien inoffensive, à vrai dire elle n'était même pas pointée vers Céleste. Saul la tenait fermement malgré ses tremblements, il fixait sa soeur sans pour autant croiser son regard, il semblait perdu au milieu de pensées qui devaient être tout sauf cohérentes sur le moment. Et là sans prévenir il planta la moitié de la lame dans son propre bras! Son visage se déforma de douleur dans un long cri absent, qui n'émettait pas le moindre bruit. Et puis fini la tremblotte, fini la panique. Tout en reprenant son souffle, Saul regagnait son calme. Retirant la lame dans une nouvelle grimace il regarda enfin Céleste dans les yeux, pendant que son bras pissait le sang. La peur était encore là, mais elle ne le contrôlait plus.

- Céleste... Tu... Tu t'es échappée. Il lança un petit soupir amusé, comme s'il venait de se rendre compte d'une évidence. "Après tout ce temps, j'avais presque fini par oublier que c'était une possibilité." Petit regard vers son bras, par chance la plaie ne semblait pas sérieuse. Pour le même prix il aurait pu se niquer les muscles ou s'entailler l'os. Jetant on oeil au couteau familial il le fit danser entre ses doigts avant de le reprendre plus fermement, sans tremblements cette fois. Il ne le pointait toujours pas vers sa soeur, mais semblait désormais plus apte à s'en servir. "Ca a dû être un long chemin jusqu'à Toronto..." Le ton était calme, il avait définitivement retrouvé son sang froid. Il enchaîna alors laconiquement: "Qu'est-ce que tu veux?"
Saul n'était pas idiot, il savait très bien que si Céleste était venue jusqu'ici c'était pour lui. Mais ce n'était pas là le sens de sa question. Ce qu'il voulait savoir c'étaient les intentions de sa chère soeur. Etait-elle là pour achever le travail quinze ans après? Ou était-elle là pour discuter? Peut-être les deux. Quoi qu'il en soit, il était temps pour le cadet des Northman d'affronter ses peurs...

 



All my life
All my life I've been searching for something, something never comes never leads to nothing, nothing satisfies but I'm getting close, closer to the prize at the end of the rope. All night long I dream of the day, when it comes around then it's taken away. Leaves me with the feeling that I feel the most, feel it come to life when I see your ghost...
©️ code : Rose. // quote : Dave Grohl.  
Revenir en haut Aller en bas
Céleste L. Northman
the demoniac soul.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 10/02/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 86
⊰ Fragments d'Ombre : 1154
⊰ Multi-compte(s) : Raven M. Hartgreave
⊰ Nom de l'Avatar : Eva Green
⊰ Crédits : Shiya
⊰ Couleur Rp : #9C5C24
⊰ Origine du Personnage : Berserker

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Escargot(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the demoniac soul.

MessageSujet: Re: The brother, the sister, and the other guy   Dim 31 Mai - 18:09

The Brother, The Sister & The Other Guy
ft. Saul & Céleste

Il balançait la chaise comme si soudain elle lui brûlait les doigts et je ne pouvais m'empêcher de lever les yeux au plafond en soupirant. Tiens le plafond avait besoin d'un coup de rafraîchissement d'ailleurs. Ahem. Désespérant. Il était vraiment désespérant. Et le pire, c'est qu'il avait de toutes évidences hérité du don de Nocturne ce petit salopiot. « Connard, tu peux dire connard, Céleste. » riait intérieurement Ipès. Oui je pouvais. Il ne le méritait pas. Le don hein, pas l'insulte. Elle, elle était méritée. Quand je repensais à notre enfance, lui qui était si chétif, si innocent, presque inutile... Il avait suffit que je disparaisse de l'horizon cinq secondes pour qu'il se découvre des couilles et une âme de chasseur. Enfin, en théorie, parce qu'en pratique, il n'avait rien d'un Nocturne digne de ce nom. Il fallait le voir...
Sans me défaire de mon sourire en coin, je m'approchais lentement de la chaise abandonnée pour la ramasser et m'y installer confortablement. Par pure courtoisie, j'avais laissé une distance de sécurité raisonnable entre le frangin et moi et je restais là, jambes croisées et tête haute à l'observer de mon œil de biche trembloter de tous ses membres.

« Tu es toujours aussi... Chétif, à ce que je vois ! » lançais-je, d'un air hautain comme si cela me décevait. J'aurais pu sortir tout un tas de synonymes, pathétique, faible, peureux, tous lui collaient à la peau comme les écailles collaient à un poisson, mais « chétif » était celui que je préférais. Il y avait un côté réducteur dans ce mot qu'on utilisait pour un enfant et pour moi c'était ce qu'il était : un gamin. Un bébé même. Avec une barbe mal rasée certes, mais un bébé quand même. Mon regard parcourait son corps des pieds à la tête, comme  si je l'évaluais mentalement, tandis qu'il sortait un couteau de chasse de sa veste et mon regard se figeait sur la lame. Même si je ne laissais entrevoir aucune émotion, à l'intérieur, je frôlais l'hystérie. Je reconnaissais l'objet, je l'aurais reconnu entre mille, c'était celui de notre père, MON père, c'était à moi qu'on avait promis cette lame un jour. C'était moi qui m'était entrainée jour et nuit, durement, salement, jusqu'à presque en crever dans le seul but, seul but, d'être digne un jour de recevoir ce précieux héritage. S'il l'avait aujourd'hui c'était grâce à moi, il n'avait rien fait fait pour l'avoir, c'était uniquement parce que j'avais éviscéré le paternel que ce petit con avait pu la récupérer, il ne l'aurait jamais eue sinon. Cela me mettait hors de moi. Mais je contrôlais. Je respirais, profondément. Un, deux, le ciel est bleu, les oiseaux chantent, je dis merci à la vie. Je suis une façade. Un roc. Sans émotion. Aucune. Même le dégoût ou la compassion m'ont fait faux bond lorsqu'il se taillade le bras. Je n'en ai strictement rien à foutre. Mon esprit ne se rebranche à la réalité que lorsqu'il prend la parole pour énoncer une évidence sous forme de question. Ah tiens, il a arrêté de trembler. « S'il faut qu'il ait mal pour retrouver sa paire de cojones, on peut l'aider sans problème à devenir un homme, un vrai ! » suggérait mon démon intérieur qui me faisait alors retrouver le sourire et ma bonne humeur.

« Un long chemin, oui. Une très longue route même... Qui a duré quinze ans. » répondais-je au frangin qui jouait avec la lame de mon père. Le mien, pas le sien, il n'en avait rien à faire de son fils, il ne voyait que moi. C'était même à se demander s'il savait s'il existait. Et à sa dernière question, je pouffais une nouvelle fois de rire. « Qu'est-ce que je veux ? Tu fais vraiment exprès d'être con, ce n'est pas possible autrement. Je passais dans le coin et je me suis dit, tiens il me manque une chaise à l'asile, alors je vais venir fouiller par ici...Il doit y en avoir une qui traine. » rétorquais-je avec dédain pendant qu'Ipès se tapait un fou rire d'anthologie.

Apposant mon dos contre le dossier de la chaise, je haussais les épaules. « Je te veux toi. Je veux rattraper ces quinze années de silence. Tu n'es pas venu me voir une seule fois alors, je me suis dit que c'était peut-être à moi de te rendre visite.  Les liens familiaux c'est important et tu es mon frère. Je me suis toujours occupée de toi, j'ai veillé sur toi, alors que tu n'existais même pas aux yeux de nos parents. Tu n'étais qu'une ombre dans leur champ de vision. Un truc. Même pas une plante qu'on songerait à arroser de temps en temps pour lui éviter de crever. Tu n'étais rien pour eux. Moi, j'ai toujours été là pour toi et c'est comme ça que tu me remercies ? Tu me fais enfermer, tu m'oublies pendant plus d'une décennie et encore, tu m'accueilles sans même un bonjour ! Tu pourrais au moins être un minimum heureux de me voir. » concluais-je en me levant de ma chaise, vexée.

Bras croisés sur la poitrine et le menton légèrement relevé, je laissais mon regard se balader aux alentours avant de concentrer toute mon attention sur le frangin. « Alors comme ça tu as repris le flambeau, chasseur. » reprenais-je dans un demi-sourire, après quelques instants de concentration. « Neutre, hein ? Ca ne doit pas faire très longtemps que tu fais mumuse avec cette lame donc... Ou alors c'est que tu es très nul. » Peut-être même les deux.
« Si tu ne m'avais pas faite enfermer, j'aurais pu te donner un bon entrainement et tu n'aurais pas besoin de te martyriser les chairs pour gagner en assurance. C'est dommage.... Ces vies gâchées, comme ça... » ajoutais-je, pensive.

« Tu m'as beaucoup manqué, pourquoi est-ce que tu n'es jamais venu me rendre visite ? » demandais-je finalement, l'air sincèrement affecté.
Revenir en haut Aller en bas
Saul D. Northman
the nightwatcher.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 07/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 345
⊰ Fragments d'Ombre : 1184
⊰ Nom de l'Avatar : James McAvoy
⊰ Crédits : Lizard Inc & Rose
⊰ Couleur Rp : MediumPurple
⊰ Origine du Personnage : Nocturne
⊰ Citation : The more I see, the less I know for sure

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the nightwatcher.

MessageSujet: Re: The brother, the sister, and the other guy   Mer 3 Juin - 19:13
The brother, the sister, and the other guy
ft. Saul D. Northman & Céleste L. Northman.

 
Surréaliste, c'était sans doute le mot qui qualifiait le mieux toute cette situation. Durant quinze ans, Saul s'était efforcé en vain d'oublier sa soeur, d'oublier le traumatisme, d'oublier l'acte horrible qu'elle avait commis et les conséquences qui en avaient découlé. Chaque jour il redoutait de la revoir, imaginant son regard dément et son sourire insupportable, alors qu'elle essaierait de finir ce qu'elle avait commencé. Il lui arrivait encore d'en faire des cauchemars, même après toutes ces années. Et le voilà aujourd'hui enfin face à elle, dans le décor sinistre de cette dimension étrange qu'était l'Underworld. Cette ambiance était bien pire que la scène qu'il s'était imaginé en boucle dans ses songes les plus noirs, pourtant il ne s'enfuyait plus. Il avait bien essayé au départ, prisonnier de sa propre panique, mais maintenant qu'il était sorti de cet état second il faisait face. Certes, Céleste ne lui avait pas trop laissé le choix. Plantée devant la seule sortie Saul n'avait aucun moyen de lui échapper. Il aurait pu envisager de sauter par la fenêtre mais il faisait bien trop sombre dehors, sauter dans le néant de l'obscurité on avait déjà vu mieux comme idée.
De toute façon Saul n'avait plus envie de fuir. Il avait envie de savoir ce que sa soeur voulait vraiment et même s'il ne le réalisait pas tout de suite, il était comme hypnotisé par sa voix. Quinze ans qu'il ne l'avait plus entendue. Durant son enfance elle l'avait rassuré avec cette voix, aimé, protégé même. Une voix forte, sévère, hautaine mais chaleureuse. Elle lui avait manqué. Alors certes les premières paroles de Céleste après toutes ces années furent empreintes de mépris et ne servirent qu'à débiter des âneries pour diminuer son cher frangin, mais lui n'en avait cure. Il savait bien qu'en lui demandant ce qu'elle voulait elle ne pourrait s'empêcher de le rabaisser et de le traiter d'idiot avant de véritablement répondre mais c'était tant mieux. Comme ça Saul pouvait ignorer les mots et se focaliser sur le timbre... C'est bien elle se dit-il comme pour se rassurer. Lorsqu'elle fut penchée au dessus des corps décharnés de leurs parents avec cet air possédé quinze ans auparavant elle n'avait dit mot, tout au plus avait-elle ri avant de s'approcher du jeune Saul pour tenter de le tuer à son tour. Ici elle lui parlait, ce n'était plus un simple monstre ayant l'apparence de sa tendre soeur. Sur le moment il esquissa presque un sourire sincère, mais il se ravisa. Il était temps d'écouter. Les mots cette fois, pas juste sa voix...

Et ce que raconta sa frangine mit Saul mal à l'aise. C'était comme si Céleste mélangeait sa colère et son amertume avec les faits, déformant légèrement la réalité pour correspondre à sa vision malade de la situation. Sur le coup Saul devait l'admettre, tenter de l'oublier toutes ces années était sans doute la raison de son état actuel mais au fond de lui il savait, il n'aurait pas pu surmonter le traumatisme. Il ne s'était jamais senti assez prêt pour aller la voir et encore maintenant alors qu'il était devant le fait accompli, il ne savait toujours pas s'il parviendrait surmonter cet évènement. Oui il était enfin calme, mais ça ne voulait rien dire. A l'intérieur de lui nombre de sentiments contradictoires étaient en train de se livrer une bataille acharnée. Il ne savait pas s'il devait compatir, la prendre en pitié ou au contraire se moquer d'elle pour son aveuglement. Car c'était bien ça, à cause de ses sentiments et des années d'enfermement, Céleste ne semblait pas comprendre ce qui était pourtant évident...

- Je suis heureux Céleste... Sincèrement." Saul lui-même avait un peu de mal à croire ce qu'il était en train de dire. "Quand je t'ai revu dans la rue j'ai tout de suite paniqué. Il y a quelques instants encore j'ai failli littéralement me faire dessus. Mais maintenant que j'ai repris mon calme je peux le dire, te voir là devant moi, ça me fait plaisir. Mais alors dis-moi, pourquoi ne suis-je pas en train de sourire? Pourquoi y a-t-il toujours une petite voix imaginaire au fond  de ma tête qui me supplie de m'encourir à toutes jambes? Oh je sais... Peut-être bien parce qu'après avoir assassiné nos parents presque devant mes yeux, tu as ensuite essayé de me faire subir le même sort!" Il avait monté le ton sur la fin, comme pour souligner l'évidence. Maintenant qu'il était lancé, autant continuer. "Certes ils n'étaient pas les meilleurs parents du monde, merde, ils étaient carrément horribles, mais ce n'est pas pour autant que les haïssais ou que je souhaitais leur mort..." Il fronçait les sourcils, l'air limite désolé. "J'avais quinze ans et je n'avais qu'une seule certitude dans ce monde, c'était que quoi qu'il arrive, j'aurais toujours ma soeur... Et là je rentre chez moi et je te trouve presque en train de jouer avec les tripes de maman pendant que papa gisait dans une marre de sang, la carotide tranchée et le bide ouvert... Tu ne t'es pas vue ce jour là, en train de danser et de rire la robe maculée de rouge. Moi j'ai tout vu. Tout s'est inscrit de manière indélébile dans ma mémoire et ne partira sans doute jamais. Puis tu t'es approchée de moi avec ce sourire dément... Il m'arrive encore de le revoir la nuit... Bref, ce jour là tu m'as changé à jamais... Ce jour là... Céleste Northman est morte."

Aussi lourds qu'étaient les derniers mots de Saul, il sentit en lui comme un poids qui venait de disparaître. Inconsciemment il avait rêvé de cette discussion, il avait toujours voulu donner son point de vue à sa soeur, même s'il n'avait aucune certitude qu'elle comprendrait, ou accepterait de comprendre. Maintenant qu'elle se trouvait face à lui et qu'il l'avait entendue parler il savait qu'elle n'était définitivement plus la soeur qu'il avait connu. Elle était peut-être en train de le blâmer pour ça et si ce n'était pas complètement faux, mais c'était sans doute oublier l'éléphant dans la pièce... Un éléphant que Saul n'allait pas tarder à mettre en lumière.

- Et oui, j'ai repris le flambeau... Marrant hein? Moi, un Chasseur d'Ombre... Le Synarque doit vraiment avoir un humour à la con." dit-il en faisant une nouvelle fois danser le couteau paternel entre ses doigts. "Tu ne pensais quand même pas que c'était mon idée? Etre Nocturne c'est basiquement ce qui a foutu cette famille en l'air... Pourquoi diable voudrais-je devenir ce que j'avais la chance de ne pas être?" Il en rigolerait presque, si ce n'était pas aussi navrant. "Et Neutre oui. J'en ai rien à branler des démons. A quoi bon me lancer dans un entraînement rigoureux et fastidieux avec quinze ans de retard sur tout le monde? Pour quoi en plus? Me retrouver ivre de sang de ces débiles? A me retrouver tellement enamouré par le pouvoir que ça procure que j'en deviendrais un sale con? Je t'aime soeurette, mais je n'ai jamais eu aucune envie d'être toi." Puis il se mit à rire, enfin. Ce fut bref mais limite sinistre. "Toi m'entrainer? A quoi? Te tuer? As-tu tellement perdu la tête que tu en oublies ce que tu es devenue? C'est pas comme s'il était discret l'autre abruti dans ta tête, Son rire est tellement ridicule que j'en attrape mal au crâne... Oui, je l'entends ce con et non, j'en ai rien à caler de ce qu'il peut penser de mes cojones. Tu es une Berserker Céleste... Et j'aurais dû le comprendre dès le départ. Si j'ai commis une erreur c'est celle-là. Quinze ans que je t'ai laissée avec ce type dans le crâne, que j'ai essayé de me convaincre que tu étais bien trop forte et fière pour te laisser posséder comme le plus bas de fond des Nocturne. Je suppose que j'ai confondu arrogance et véritable force, même toi tu pouvais avoir des faiblesses, j'aurais dû le voir. De ça je suis vraiment désolé." Avec de telles paroles il réalisait bien qu'il venait plus que probablement de mettre Céleste en rogne, mais il n'avait pas fini, il fallait qu'il remettre les choses en place, toutes les choses. "Et JE t'ai enfermé? Moi? Il m'a fallu presque un an pour pouvoir émettre un son après les meurtres. Mutisme complet. Quand bien même j'aurais pu parler, pas que j'en avais envie de toute façon, les preuves étaient partout, ils n'avaient pas besoin de moi pour ton procès. Ne déforme pas la réalité soeurette, tu t'es enfermée toute seule. Et ne viens pas me dire que c'est parce que je me suis réfugié chez les voisins qu'ils t'ont coincée, que j'y aille ou pas n'aurait rien changé. Tu avais tout le temps pour t'enfuir, tu as préféré rester sur place pour je ne sais quelle raison..."

Saul s'appuya sur le mur derrière lui, ou plutôt se laissa-t-il tomber dessus. Il s'assit lentement par terre, réprimant un rire nerveux. En déballant son sac il réalisait que malgré la réalité des choses, il avait laissé tomber sa soeur. Il était en train de le regretter, de s'en vouloir terriblement. Toutes ces années seule avec ce Démon sans que personne ne le remarque, ça avait clairement dû laisser des traces. Au final, ce n'était pas vraiment Céleste qui avait tué sa famille, c'était le Démon. Mais maintenant que tout ce temps était passé, qui pouvait dire à quel point ce type influençait l'esprit de l'ainée des Northman. Le ton amer et affecté, Saul conclut:
- Tu veux savoir pourquoi je ne suis pas venu te voir, soeurette?" Il plongea son regard dans le sien, l'air attristé. "Après quinze ans tu es encore et toujours la chose qui me terrorise le plus en ce monde..." Il jeta un oeil vers la fenêtre et l'obscurité, poussant un petit soupir "Merde, même cette foutue dimension cheloue et les bestioles qui l'habitent ne me font rien, je les trouve même étrangement fascinant."
Il finit par se relever, serrant à nouveau fermement le manche de son couteau de chasse. Il ne savait pas trop à quoi s'attendre, il savait juste qu'il n'avait aucune envie de se battre contre Céleste. Pas sûr qu'elle soit aussi résignée que lui...        

 



All my life
All my life I've been searching for something, something never comes never leads to nothing, nothing satisfies but I'm getting close, closer to the prize at the end of the rope. All night long I dream of the day, when it comes around then it's taken away. Leaves me with the feeling that I feel the most, feel it come to life when I see your ghost...
©️ code : Rose. // quote : Dave Grohl.  
Revenir en haut Aller en bas
Céleste L. Northman
the demoniac soul.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 10/02/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 86
⊰ Fragments d'Ombre : 1154
⊰ Multi-compte(s) : Raven M. Hartgreave
⊰ Nom de l'Avatar : Eva Green
⊰ Crédits : Shiya
⊰ Couleur Rp : #9C5C24
⊰ Origine du Personnage : Berserker

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Escargot(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the demoniac soul.

MessageSujet: Re: The brother, the sister, and the other guy   Lun 22 Juin - 20:10

The Brother, The Sister & The Other Guy
ft. Saul & Céleste

Connard. C'était tout ce qui me venait à l'esprit présentement, à mesure qu'il déblatérait. J'essayais de rester le plus stoïque possible et cela me demandait un effort surhumain. Il s'était dit heureux de me revoir et quelques instants plus tard, il me disait morte. On faisait difficilement pire comme ascenseur émotionnel. Morte. C'était ainsi qu'il me voyait. Je n'avais plus aucune existence pour lui alors que pour moi, il était tout. J'avais survécu à l'asile, m'en était enfuie, avait débarqué ici, m'était cassé le cul à le retrouver et tout ça pour quoi ? Pour apprendre qu'à ses yeux j'avais disparu de la surface de la Terre depuis quinze ans ? Ca faisait mal. D'autant que je ne l'avais jamais vu pleurer pour mon sort, à aucun moment. Pas même les yeux brillants. Seulement ce mutisme sans fin après avoir vu les « horreurs » que j'avais commises. A l'époque, s'il lui était arrivé malheur à lui, j'aurais eu du mal à m'en remettre. Qu'est-ce que j'étais stupide. Promis, s'il lui arrivait malheur aujourd'hui, je ne prendrais même pas la peine de cracher sur son cadavre, il ne mériterait pas que je gâche de la salive pour sa petite personne. J'étais en rogne, prête à lui sauter à la gorge en chialant comme une hystérique et plutôt que de me laisser digérer, il en remettait une couche. Il parlait de moi comme si j'étais un démon, un être abominable. Il ne se rendait même pas compte que c'était faux. Je cohabitais avec un démon, mais je n'étais pas lui. J'existais toujours moi, Céleste, sa soeur. Remarque, c'est vrai que pour lui, j'étais déjà morte alors... Mais à la limite, ce n'était pas le pire. Qu'il dise que je sois arrogante, soit. Que je me sois faite enfermée par ma faute, je lui concède. Ce n'était que des conneries qui trouvaient naissance dans ses neurones atrophiés, ça titillait ma susceptibilité mais rien de méchant. Non. Le pire – et qui m'avait arraché un sursaut de surprise- était qu'il entendait Ipès. Il fallait être clair : mon démon intérieur était un démon certes, c'était de sa faute si j'étais devenue complètement cinglée et avide de destruction, il m'avait poussée à faire des choses horribles et sa personnalité se révélait plus souvent que la mienne oui, mais c'était MON démon. Il y avait un lien unique qui nous unissait. On se tapait de bonnes rigolades quand sa voix résonnait dans ma tête et lui, il avait toujours été là pour moi. Notre relation était à nous, seuls. Personne ne pouvait s’immiscer entre nous puisque, jusqu'à présent, j'étais sa seule interlocutrice. Ca ne me plaisait pas du tout que quelqu'un d'autre puisse l'entendre, deviner ses pensées, ou mes pensées je ne savais plus trop. Ca ne me plaisait pas, voilà tout.  

« On peut l'achever maintenant ? » demandait Ipès en langage démoniaque, pour protéger notre conversation. Je ne savais que répondre. J'étais tellement partagée. Les mots de Saul m'avaient fait mal, plus que je ne l'aurais cru. Cela voulait bien dire que Céleste était encore vivante quelque part en moi. Mais cette Céleste en question était aussi proche d'Ipès. « Pour lui, Céleste est morte. » me rappelait mon démon intérieur, toujours dans notre langage codé, tandis que je regardais d'un air désolé, presque triste, le frangin se laisser tomber au sol. J'étais en train de me demander si finalement il n'aurait pas été plus intelligent de garder encore quelques années de silence quand il reprenait la parole pour m'avouer que j'étais ce qui le terrorisait le plus en ce monde. A ces mots, je ne pouvais plus me contenir et laisser échapper un rire nerveux. Concluant par un soupir désabusé, je fixais intensément celui qui était mon frère dans les yeux. « Tu n'as encore rien vu. » répondais-je, un sourire dément au coin des lèvres. Si me voir jouer avec les entrailles de nos parents avait réussi à l'apeuré pendant quinze ans, comment réagirait-il si je décidais de m'en prendre à lui ? Je n'avais pas été menaçante jusqu'ici, mais cela pouvait encore changer. Sans doute devait-il sentir le vent tourner en sa défaveur puisqu'il se relevait, comme s'il se sentait moins vulnérable debout. Mais chaque chose en son temps... Je ne voulais pas aller trop vite.
« Il y a quinze ans, je suis restée sur place pour toi. » reprenais-je alors, d'un calme olympien. Je laissais volontairement du temps avant de poursuivre, pour lui laisser tout le loisir de se demander si c'était par amour fraternel, ou pour achever mon œuvre que j'avais attendu. Faisant quelques pas dans la pièce, je reportais ensuite toute mon attention sur Saul, sans toutefois me défaire de ce sourire si dément. « Et je m'en veux tu ne peux pas savoir. Et je t'en veux aussi, à un point... Quand les flics ont débarqué, j'étais sous le choc, j'ai essayé de leur expliquer ce qui s'était passé mais ils ne m'ont pas crue. Ils n'ont pas voulu croire que ce n'était pas de ma faute. Tu étais mon frère toi, tu aurais dû être là pour moi, comme moi je l'avais toujours été pour toi et au lieu de ça, tu me dis quoi ? Que ce jour là, je suis devenue morte à tes yeux ? Tu as été muet pendant un an pauvre chou, moi j'ai été enfermée pendant quinze putain d'années. Il a fallut que je me barre de cet asile de dingues, que je te retrouve, que je te suive dans cette réalité pourrie pour qu'enfin, ENFIN, tu entendes le démon qui m'habite et que tu comprennes soudain les choses. Ce n'est pas comme ça que ça doit fonctionner entre un frère et une sœur. Tu aurais dû être là pour moi. Le jour même et tous les autres jours suivants, peu importe ce que j'avais fait. » achevais-je, les mâchoires serrées pour masquer que j'avais la gorge nouée.

Prenant une profonde inspiration, je retrouvais instantanément une contenance. Comme si Ipès en avait eu marre d'entendre Céleste s'épancher sur ses déboires familiaux et qu'il avait repris le dessus. « Au fait, l'autre abruti comme tu dis, il a un nom. Il s'appelle Ipès. Et lui, il ne m'a pas abandonnée pendant ces quinze dernières années. Maintenant que tu l'as entendu et que tu connais son nom, il serait peut-être temps que tu le voies tu ne penses pas ? » demandais-je, pleine de malice avant d'entamer ma transformation.  Mon corps prenait la forme d'un exosquelette habité par les ténèbres et enfin, le masque d'Ipès ne tardait pas à apparaître. Sans demander mon reste, je sautais sur le frangin avec rage, prête à récupérer la lame qu'on m'avait promise et qui était toujours entre ses doigts inexpérimentés ou à défaut, la lui planter dans le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Saul D. Northman
the nightwatcher.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 07/05/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 345
⊰ Fragments d'Ombre : 1184
⊰ Nom de l'Avatar : James McAvoy
⊰ Crédits : Lizard Inc & Rose
⊰ Couleur Rp : MediumPurple
⊰ Origine du Personnage : Nocturne
⊰ Citation : The more I see, the less I know for sure

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the nightwatcher.

MessageSujet: Re: The brother, the sister, and the other guy   Ven 3 Juil - 16:40
The brother, the sister, and the other guy
ft. Saul D. Northman & Céleste L. Northman.

Quelle naïveté... Penser que ses mots auraient pu atteindre Céleste autrement que négativement, ce n'était pas seulement naïf, c'était stupide. Pour la première fois en quinze ans il avait dit à voix haute ce qu'il avait sur le coeur et pas à n'importe qui, directement à la personne concernée. Mais celle-ci n'était pas réceptive ou apte à comprendre, il y avait bien trop de haine et de rancoeur dans son âme, sans compter la présence de ce désagréable Démon dans le fond de son crâne, influençant ses moindres pensées. Quinze ans, c'était la durée durant laquelle Céleste avait trainé Ipès avec elle, c'était aussi l'âge qu'avait Saul lors des meurtres, et donc par extension le nombre d'années qu'il avait passé avec sa soeur avant ça. De qui Céleste se sentait-elle la plus proche à présent? Ce n'était pas bien compliqué à deviner... Ipès s'adressait désormais à son hôte en langage démoniaque. Maintenant que Saul avait révélé sa capacité à entendre les pensées, il s'était en même temps fermé à jamais l'accès à celles du Démon. Pas qu'il en avait quelque chose à faire, au moins il n'entendrait plus ses jérémiades. Cependant il n'entendrait plus non plus les sombres paroles avec lesquelles le Démon influençait sa soeur, et ça c'était déjà bien plus problématique.

Au plus la conversation avançait au plus Saul réalisait: en l'état, il ne pourrait jamais faire entendre raison à Céleste. Elle était bien trop en colère, bien trop... Dérangée. Même au delà de ça, il comprenait que malgré toute l'admiration qu'il avait pu avoir pour elle, elle n'avait au final jamais été comme lui. Ce genre d'échange le lui faisait comprendre clairement, tout comme ses parents, Céleste n'avait jamais été humaine. Elle était née Nocturne et élevée comme telle, appréhender la psyché humaine ou la notion même de traumatisme, ça lui passait bien au dessus de la tête. Ajoutez à cela son égocentrisme légendaire et on obtenait la tirade qu'elle était en train de lâcher à son frère. Saul n'avait parlé de son mutisme qu'afin de faire comprendre qu'il n'était pas celui qui l'avait envoyée à l'asile mais elle avait interprété ça comme une complainte, ramenant la chose à sa propre personne et la longueur de son emprisonnement. Elle enchérit sur la façon dont Saul aurait dû être là pour elle tout le temps, immédiatement, comme si l'affection qu'elle lui avait porté exigeait un retour sur investissement, éternel, loyal et indéfectible. Dans toutes ses paroles pas une seule fois n'avait-elle considéré l'état émotionnel que le traumatisme des meurtres avait pu engendrer en Saul. Il n'y avait que son état à elle qui comptait, elle qui était incapable de saisir le fonctionnement de l'esprit humain. Ce n'était pas comme ça que ça devait aller entre un frère et une soeur? Elle avait raison, juste pas dans le sens qu'elle imaginait...  

A ce stade ce n'était même plus la peine de lui répondre, tout ce que Saul pouvait bien lui dire finirait par rebondir sur elle ou pire, se transformerait à son contact. Il n'y avait plus rien à discuter et elle-même semblait s'en être rendue compte, puisqu'elle laissa la place à l'autre résident de sa caboche, dans une transformation qui dans les premiers instants glaça littéralement le sang du cadet des Northman. Mais étrangement au fur et à mesure la peur de Saul s'amenuisait, provoquant l'émergence à un sentiment nouveau. Petit à petit, alors que le corps de Céleste laissait place à un exosquelette baigné de ténèbres, Saul ne voyait plus sa soeur mais bien le Démon. L'association inconsciente qu'il avait fait durant toutes ces années, l'imaginant elle comme un monstre commençait à s'estomper. Enfin, voir le véritable "visage" d'Ipès à travers le masque hideux qui venait de se former, étouffa définitivement toute sensation de peur. En face de lui ne se tenait plus Céleste mais Ipès le Démon, ennemi juré de toute sa famille. Et sur l'instant, le regard de Saul s'embrasa d'une haine qu'il n'avait encore jamais ressenti jusqu'à présent.
- Te voilà enfin, saleté." Oui, ça lui avait pris quinze ans pour réaliser une fois pour toute que Céleste avait été possédée. Mais au fond de lui, Saul avait toujours su. L'idée lui avait toujours traversé l'esprit mais le traumatisme des meurtres l'avait empêché d'accepter la réalité. Maintenant il était devant le fait accompli et son sang de Nocturne bouillonnait de rage. Il ne tolérait toujours pas d'être devenu le Chasseur de la famille mais sur le moment, il laissa sa nature prendre le dessus.

Alors que le monstre lui sauta dessus Saul comprit immédiatement: il était lent, bien plus lent que lui et sa rapidité. Sans hésiter il appliqua les principes de l'aïkido qu'il avait pratiqué depuis quelques années maintenant, afin de se placer idéalement et porter un coup de lame dans les côtes de son adversaire avant d'user de son propre poids contre lui afin de l'envoyer à l'autre bout de la pièce. Mais c'était sans compter sur la robustesse de l'exosquelette du Berserker, de même que la puissance de son élan. Car n'écoutant que son instinct, Saul n'avait pas pris en compte ce détail: son adversaire n'était pas humain. Son placement était parfait, mais la lame de son couteau de chasse ne parvint pas à aller au delà de l'armature de l'exosquelette. Tout au plus l'avait-il ébréché. Quant à user de la puissance de l'adversaire contre lui, ça ne fonctionna qu'à moitié: Saul parvint bel et bien à dévier la course du Berserker pour l'envoyer valser dans le mur, mais non sans se prendre l'armature lourde et anguleuse de l'exosquelette sur le coin du visage, l'envoyant lui aussi épouser le sol avec en prime une blessure ouverte. Heureusement toujours concentré, il exécuta une roulade au lieu de bêtement se vautrer, retrouvant immédiatement une bonne position pour continuer le combat. Le sang coulait doucement le long de sa tempe mais il n'en avait cure, sans attendre il invoqua une lame mentale pour la planter dans le bras du monstre de ténèbres, afin de l'immobiliser. Il prépara la deuxième lame sans attendre mais réalisa bien vite que c'était peine perdue. Le Berserker était trop puissant, la lame mentale ne parvint pas à le retenir.  A peine fut-elle plantée à travers son bras dans le sol qu'il l'extirpa sans mal, devant le regard frustré du Nocturne.

Là Saul avait compris, il n'avait strictement aucune chance. Il n'était pas prêt, il n'avait pas la formation et comme en plus il refusait obstinément d'ingérer du sang de Démon, il n'aurait jamais la force physique nécessaire. Intérieurement, son instinct lui hurlait de continuer, de se battre jusqu'au bout, jusqu'à la mort s'il le fallait. Mais sa raison était plus forte, il savait qu'en l'état il ne pourrait vaincre Ipès, même avec la meilleure volonté du monde. Il ne lui restait plus qu'une option, la fuite. Cette idée amplifiait d'avantage sa fureur. Maintenant qu'il ne ressentait plus cette peur viscérale il était tout de même obligé de fuir sa soeur? L'idée frustrait chaque millimètre de son être. Il n'y avait plus de temps à perdre, s'il hésitait une seconde de plus le monstre serait à nouveau sur lui. Agrippant la chaise qui traînait à ses côtés il la balança dans un cri de rage sur son adversaire, ignorant la douleur de son bras au niveau de la plaie qu'il avait lui-même provoqué, avant d'user de sa rapidité pour quitter les lieux en quatrième vitesse. Dévalant les marches pourries du bâtiment poisseux il manqua d'en pulvériser une sous son poids mais il n'arrêta pas sa course et franchit la sortie pour se retrouver... Aveuglé par le soleil?

Sans s'en rendre compte il avait regagné le monde normal. Derrière lui le bâtiment qu'il venait de quitter était tout ce qu'il y avait de plus ordinaire, toute trace de pourriture ou de délabrement avait entièrement disparu. Tout autour de lui avait regagné sa véritable apparence, les voitures circulaient, les gens arpentaient calmement les trottoirs. Sur le coup l'adrénaline le quitta, mais pas sa colère. Enfin il avait revu sa soeur, enfin il avait découvert la vérité à son sujet. Mais tout ce qu'il en ressortit ne fut que peur, haine et amertume. Dans un nouveau cri de rage, il défonça une poubelle qui traînait par là. "PUTAIIIIIIIIIIIN!!!!". Tout le monde se figea de se surprise, il leur renvoya un regard noir avant de finalement détourner les yeux. Rangeant son couteau pour éviter des ennuis, il s'appuya sur un mur, dépité. Son bras pissait encore le sang et le blessure sur sa tempe n'était pas en reste, mais il n'en avait plus rien à foutre. Fixant la porte du bâtiment il ignorait si Céleste allait en sortir. Elle pourrait très bien en rester là pour l'instant et repartir de son côté. Saul l'imaginait mal surgir encore transformée devant tout ce monde mais vu les tendances chaotiques des Berserkers ce n'était pas à exclure. En tout cas Saul ne bougeait plus, il avait assez fui pour aujourd'hui...  




All my life
All my life I've been searching for something, something never comes never leads to nothing, nothing satisfies but I'm getting close, closer to the prize at the end of the rope. All night long I dream of the day, when it comes around then it's taken away. Leaves me with the feeling that I feel the most, feel it come to life when I see your ghost...
©️ code : Rose. // quote : Dave Grohl.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The brother, the sister, and the other guy   
Revenir en haut Aller en bas
 

The brother, the sister, and the other guy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F/RESERVE) Ebba Zingmark - Like brother and sister
» [Matt D/David/Angie] Brother and sister
» Brother & Sister, Father & Mother • LUKAS
» (f) MAIA MITCHELL ∞ we used to say that we were brother and sister.
» The brother, the sister, and the other guy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORS . ULTIMA :: Autres-