Forum Fermé

vous pouvez retrouver mors ultima 2.0, repris par kitkat et elyos (avec notre accord ) :

MORS ULTIMA V2

vous pouvez également nous retrouver (almery et ellaenys) sur un tout nouvel univers :
AES SIDHE


Partagez | 
 

 One way or another + orphan (hot).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rohan J. Lannislas
the unfaithful.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 28/04/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 139
⊰ Fragments d'Ombre : 1724
⊰ Multi-compte(s) : aucun.
⊰ Nom de l'Avatar : boyd holbrook.
⊰ Crédits : (c) blitz.
⊰ Couleur Rp : steelblue.
⊰ Origine du Personnage : damné (masque).


the unfaithful.

MessageSujet: One way or another + orphan (hot).   Sam 8 Aoû - 13:12
ft. Rohan Lannislas & Orphan Hrafn.


« Comment ça c’est Petruzzi qui l’a ? Non, moi j’ai demandé Jones comme d’habitude, je fais pas confiance à ces abrutis de ritals, ils essaient toujours de t’entuber avec leur accent de mafieux. » Rohan n’apprécie pas que les plans changent à la dernière minute. C’est quelqu’un d’organisé, et d’assez méticuleux. Sa came, il la prend chez Jones, un mec qu’il connaît depuis environ deux ans, réglo, qui sert une très bonne came à un prix raisonnable, depuis le temps, il lui fait même quelques prix. Rohan aime être traité comme un Roi. Aime sentir qu’on apprécie le fervent et fidèle client qu’il est. Seulement, ces derniers temps, les choses se mettent à changer. Les Italiens de Little Italy ont les dents longues, et commencent à racheter quelques territoires, non sans quelques accrochages, qu’on peut souvent voir détaillés par des « règlements de compte » dans les journaux locaux. Visiblement, Jones et son petit business indépendant tranquille a dû passer à la sellette. C’est pour ça que c’est chiant le marché de la drogue. Les gars en ont jamais assez. Non, ils en veulent toujours plus. Toujours plus de matos, toujours plus de territoires, toujours plus de clients, en dépit de l’illégalité totale de leur business. Les mecs comme Jones, indépendants et qui se satisfont de ce qu’ils ont, ce sont des perles rares, une exception que Rohan était ravi d’avoir trouvé et conservé. Maintenant, il est obligé d’aller se pointer à Little Italy, pour aller choper auprès d’un mec qu’il ne connaissait que vaguement, et vu comment il était parano, il craignait évidemment de se faire zigouiller s’il émettait la moindre critique ou tentait la moindre négociation concernant le prix ou la qualité de la came. Rohan a voyagé, a déjà arnaqué des Ritals, il sait pertinemment que ce sont probablement ceux qui l’ont plus mauvaise, qui sont les premiers à s’offusquer et partir au quart de tour dès lors que ça va pas dans leur sens. Putain d’orgueil. Putain de fierté. Au moins, être lâche comme Rohan, dans ces cas-là, ça pouvait paraître comme une qualité à côté d’eux. Bon, de toute façon, c’était probablement des humains, donc au pire des cas, il pouvait toujours s’extirper d’une fâcheuse situation in extremis, même si cette option n’était qu’en dernier recours. La dernière chose qu’il voulait, c’était se mettre à dos un réseau de mafieux humains, car ces merdes-là, ce sont de vrais parasites, impossible de s’en débarrasser à moins de commettre un massif bain de sang. A peine arrivé dans le quartier, il sent un léger picotement gratter le haut de sa colonne vertébrale, c’est une sensation agréable mais trop persistante pour l’heure, et vu la situation, qui le gêne assez. Il gratte et frotte nerveusement le haut de son cou, espérant s’en débarrasser, pour rentrer dans le commerce indiqué par téléphone. Comme un mauvais film de mafioso, il remarque déjà les mauvais regards de certains employés accoudés au bar. Rohan avait envie de soupirer. Si ça commence comme ça, la suite risque d’être comique.

« Je viens voir Petruzzi. On s’est parlés au téléphone. Je viens de la part de Jones. » Le pseudo videur posté devant l’entrée de la salle arrière regarde Rohan d’un œil inquisiteur. Il toque à la porte derrière lui et ajoute quelque chose en italien rapide à l’interlocuteur probablement derrière la porte. Puis, il se met à fouiller Rohan, et ce dernier, sans savoir pourquoi, ne peut s’empêcher de sentir des frissons agréables lorsque les mains du pourtant affreux et infâme homme barbu se mettent à tâter ses cuisses. Putain Rohan, qu’est-ce qui t’arrives, tu veux te faire littéralement buter ou quoi. Rohan ferme les yeux et tente de retrouver ses esprits. C’est pas le moment. Il rentre dans la salle arrière. La salle est complètement enfumée et parmi les quelques filles qui traînent en petite tenue et qui sont déjà collées à quelques hommes de mains qui s’en donnent à cœur joie. Putain, mais c’est la fête de l’Orgie aujourd’hui ? Rohan croit apercevoir celui au centre qui serait son homme. Rohan fait quelques pas vers lui et celui-ci lui fit signe de la main de s’arrêter. « C’est donc toi, le fidèle client de Jones qui n’a pas envie de faire affaire avec nous. Pourtant, de ce que j’ai cru comprendre, tu prends de très grosses quantités par semaine... Ce qui, au vu de ton allure apparemment saine, me surprend. T'es loin d'être un junkie on dirait. Qu’est-ce qu’un mec comme toi irait faire avec de pareilles quantités de cocaïne ? N’essaierai-tu pas de revendre cette came que tu négocies à bas-prix et qui est désormais la mienne, plus chère à d’autres pigeons ? N’essaierai-tu pas de te tailler la part du lion sur mon compte ?  En gros, ne serais-tu pas en train de m' entuber ? » Aussitôt, il se lève et fais un signe à un des hommes de main qui se lève pour aller chercher un mec attaché dans un coin que Rohan n’avait pas aperçu avant, et le placer au centre de la pièce. « Pas besoin de feindre l’étonnement, je sais tout, j’ai trouvé ton bouffon d’associé qui revend ma came un peu plus loin, le bougre nie évidemment toute association, mais je sais très bien que c’est lui, j’ai vérifié la coupure et la qualité, c’est bien la mienne. » Sur ce, l’homme de main soulève la capuche et Rohan peut alors échanger un regard avec un homme qu’il ne connaît absolument pas. Foutu Woland. Ah oui, un petit détail. Rohan chope souvent pour quelques collègues Damnés et plus généralement fournit parfois Zelyna dans les quantités astronomiques de drogue qu’elle peut parfois exiger. Seulement, une fois, un des Damnés pour lequel Rohan avait chopé, un certain Woland, trop défoncé, avait perdu ce sac, ou on avait dû lui voler. Dans les tous les cas, celui attaché en face de lui devait être celui qui avait récupéré ce sac, et maintenant, les voilà dans une fâcheuse posture. Rohan ne sait pas pourquoi, mais soutenir le regard azur de son supposé complice lui donnait d’étranges papillons dans le ventre. Et puis c’était quoi cette chaleur monstre d’un coup ? Avait-il peur ? Ou était-ce autre chose ? Petruzzi interpréta forcément mal ce regard échangé et d’un signe de la main las, ordonna quelque chose en italien à un homme de main qui sortir un pistolet. Alors ça non. Sans réfléchir, guidé par son impulsion, Rohan commit l’irréparable : il utilisa son don de télékinésie, projetant ainsi la table contre celui qui s’apprêtait à lui tirer dessus. Ce dernier tomba au sol, visiblement assommé et Rohan s’empressa de récupérer son arme, toujours grâce à son de télékinésie, pour ensuite attraper Peruzzi par le cou et mettre le pistolet sur sa tempe. Encore une fois, il ne pouvait répondre de ses pulsions, et avec l’adrénaline sûrement, ne pouvait s’empêcher de coller son corps contre celui de Petruzzi, c’était tellement vivifiant pour une raison inconnue. « Si quelqu’un bouge, votre boss finit avec la cervelle explosée. » Rohan gagnait du temps pour trouver un nouveau plan mais il n’avait pas le choix : il allait tous devoir les tuer, femmes comme hommes. Y compris le – charmant – malheureux attaché à genoux devant lui. Si seulement les gens pouvaient respecter ses plans. 




But i get crazy sometimes
I'm outta my mind, nothing can bring me down, or keep me sound, i won't get home on time. I won't apologize to you, I don't know what I want it's true. Meet the good, the bad and the crazy. Sanity has gone down the drain. ©️ code : Rose. // quote : Imany.  
Revenir en haut Aller en bas
Orphan C. Hrafn
the skinwalker.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 07/06/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 122
⊰ Fragments d'Ombre : 1202
⊰ Nom de l'Avatar : Travis Fimmel
⊰ Crédits : Romanova
⊰ Couleur Rp : White
⊰ Origine du Personnage : Changeur - Corbeau

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the skinwalker.

MessageSujet: Re: One way or another + orphan (hot).   Dim 9 Aoû - 4:30
One way or another i'm gonna get y'a
ft. Rohan Lannislas & Orphan Hrafn.

   
Y'a des jours comme ça, il aurait mieux fallu rester au lit. C'est la pensée qui traversa l'esprit du corbeau alors qu'il était avec un sac qui puait la pomme de terre sur la tête, les mains liées sur une chaise dans un recoin d'une arrière salle miteuse de Little italy. Il était entourés de mafioso en chien avec de jeunes femmes, un peu trop jeunes d'ailleurs  …  C'était carrément la fête du slip ! Orphan était venu à Little Italy pour parler avec une de ses relations, les saligots de ritals commençaient à prendre un peu trop de terrain et lui piquer des clients, il fallait un véritable plan de choc pour traiter la crise. Il avait trouvé sur le chemin dans une ruelle déserte un pochon de coke, heureux de sa découverte, il l'avais mis dans sa poche et était parti parler à son contact. Après une discussion un peu tumultueuse, Orphan partit pisser dans une ruelle sombre, c'est là que trois gorilles l'ont attrapé, ficelé, saucissonné et tout le tralala. Orphan ne pigea rien à ce qui lui arrivait, il décida de ne pas faire appelle à ses capacités, après il faudrait les assommé, leur injecté une substance amnésique, trop chiant.  Il se doutait bien qu'il était attrapé par la pègre locale, mais pourquoi donc ? Il avait été grillé, on avait découvert son identité ?  Non sûrement pas. Il avait été prudent.

On le conduisit donc dans cette salle miteuse, il n'y avait que d'autres gorilles accompagnées de leurs filles. Ils étaient tous monstrueux et dégueulasse dans leurs comportements, le genre de personne qu'Orphan avait envie d'exploser la tête. Il repéra assez vite celui qui semblait être le chef de la bande, il avait une dent en or, assez pathétique dans l'image qu'il dégageait, une sorte de petit teigneux. Voilà que ça jacassait un peu en italien, Orphan comprit des bribes, vendre de la came, la tienne, la tienne. Mais il était entrain de lui faire une blague ? Le p'tit teigneux qui répondait au ridicule nom de Petruzzi, ce qui faisait pensé à Petruska au corbeau le toisa du regard. Il l'agressa à moitié, lui demandant comment il avait trouvé cette came qui était manifestement la sienne et lui demanda s'il connaissait le client de Jones. Cela fit rire Orphan, il nia en bloc, de toute façon, il ne savait même pas qui était Jones, et qu'il avait trouvé se pochon dans une ruelle, il tenta l'humour lui disant qu'il devait plus faire attention à sa came, un conseil d'ami. Cela ne rata pas et Orphan se prit une sacré mandale. Étrangement cela lui fit des frissons dans la corps et c'était pas de la peur, oh non …

Une pensée lui traversa la tête, il aurait bien connu cette petite teigne dans un autre contexte plus intime. Surprenant, c'était pas du tout le style d'Orphan, Il était peut être en manque de faire des bébés. Enfin bref, de toute façon, Petruska avait grave les glands, il gueula en italien, visiblement, l'histoire du corbeau n'était pas passé par le bon trou. Le voilà puni au coin de la pièce avec un sac à patates sur la tête. Orphan grimaça, avec l'odorat d'un changeur, ça puait vraiment la mort.

Le sac était à moitié transparent, Orphan put donc à moitié voir la scène qui suivit. Les gorilles étaient carrément entrain de tripoté ses demoiselles qui en demandaient encore plus. La scène était surnaturelle, quelque chose clochait. Digne d'un bon vieux porno amateur dégueulasse dans la cave du coin. Le changeur entendit des bruits de pas. Quelqu'un rentra dans la pièce, c'était un homme blond, a moitié beau vu qu'Orphan ne pouvait en voir plus. Petruzzi commença à parler d'un air presque menaçant. L'inconnu était donc ce fameux client de Jones responsable de ce quiproquo. « Pas besoin de feindre l’étonnement, je sais tout, j’ai trouvé ton bouffon d’associé qui revend ma came un peu plus loin, le bougre nie évidemment toute association, mais je sais très bien que c’est lui, j’ai vérifié la coupure et la qualité, c’est bien la mienne. » Orphan eut un rictus, c'était la première fois qu'il le voyait, mais ils étaient associés ?  Sans plus attendre un homme vint le chercher pour l’amener au centre de la pièce et lui retira le sac qui puait, il put ainsi un peu mieux observer cet inconnu. Plutôt séduisant, il le fixa du regard, il en ferai bien son plat de résistance. Des pensées salaces défilèrent dans sa tête, il en oublia presque qu'il était à genoux attaché et retenu en otage. Presque … Lui aussi le dévisageait, il semblait se perdre dans le regard azur du corbeau, un brin de désir dans le regard.

Mais pas le temps de se perdre dans les yeux, La petite teigne surprit l'échange de regard et le mal interpréta sûrement, il fit un signe et un de ses gorilles sortit un flingue de sa poche. Ok, la situation était critique, il devait se libérer de ses cordes.  C'est alors qu'une table vola pour renverser le détenteur de l'arme, cette dernière fila comme par magie dans la main de l'inconnu. Orphan senti alors que cet être était surnaturel et commença à s'en méfier autant qu'il le désirait. Mais dans quel histoire il s'était encore fourré. Il devait la jouer fine. Pas vraiment sa tasse de thé. Tout le monde dans la pièce arrêta ses sales besognes pour observer ce qu'il se passait. Le bel éphèbe avait maintenant prit Petruska en otage, le flingue sur la tête. « Si quelqu’un bouge, votre boss finit avec la cervelle explosée. » Il avait l'air de pas déconné, un seul détail clochait, il était collé à la petite teigne, plus que nécessaire en tout cas. C'était quoi tous ses petits détails  depuis le début, c'était vraiment louche. Orphan devait agir avant qu'il ne provoque un bain de sang, la dernière chose qu'Orphan avait envie de vivre aujourd'hui. Il n'eut pas beaucoup de temps pour réfléchir, il profita que tous les regards soient tournés vers la prise d'otage pour tirer sur ses cordes, sa force et sa dextérité lui permirent de se libérer discrètement de ses chaînes. Devant lui se trouvait un gorille, d'un geste Orphan lui asséna un coup sur la tempe, il tomba comme une mouche, et avant que le monde eut le temps de cligner des yeux il récupéra le pistolet du garde et en sortit un autre de derrière son dos, les boulets ne l'avaient même pas fouillé en arrivant. Il pointa chaque arme sur un gorille différent. Détail un peu bizarre, une des filles semblait plus excitée que flippé par la présence du flingue pointé sur elle. Si on partait du principe que le bel inconnu était de son coté, il n'était plus qu'a 2 contre 3 plus Petruska sans défense. Faisable, dans la mesure du possible, sans tuer personne. C'était un peu étrange de pointer une arme sur un homme qui avait la trique à l'air. Celui si  semblait pas pas du tout gêné par la situation, on voyait qu'il n'avait qu'une envie là tout de suite, maintenant, et c'était pas très catholique.  

Un des gorilles avec un peu plus de cran commença discrètement à sortir son arme, Orphan le grilla et le fusilla du regard et pointa une des armes sur lui. « T'as pas entendu ce que le monsieur à dit ? J'suis sur que t'aura pas envie de récurer le sol de la cervelle de ton boss, tu ferais mieux de l'écouter. » Orphan se retourna. « D'aileurs Petruska .. » La sale teigne tiqua sur le nom, ce qui fit marrer le corbeau intérieurement. « Je suis désolé, mais je ne le connais pas lui, c'est la première fois que je le croises, tu t'est monté la tête tout seul. » Le corbeau leva son regard. « J'aurai préféré vous rencontrer autour d'un verre mais enchanté quand même. » Il soupira.« Et merci de nous avoir mis dans  la galère, maintenant qu'ils ont vus tes talents de télé kinésiste, on fait quoi maintenant dis le moi ? » Pendant ce temps, un gorille et une des filles n'en ont complètement rien à foutre des événements et sont entrain de niquer devant tout le monde. « Non, mais putain, ça va vous deux là, on vous dérange pas, vous voulez un café ? Vous savez qu'il existe des chambres pour ça ? Un mur aurait eu les mêmes réactions que ce couple visiblement trop occupé pour s’intéresser à l'extérieur. C'était une malédiction ou quoi ? Tous les gens étaient en chien. Faut dire qu'il donnait presque envie à Orphan de se payer une bonne partie de plaisir.  

   



The raven spread out its glossy wings and departed like hope.
Vieux corbeau ne croasse pas sans raison



Revenir en haut Aller en bas
Rohan J. Lannislas
the unfaithful.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 28/04/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 139
⊰ Fragments d'Ombre : 1724
⊰ Multi-compte(s) : aucun.
⊰ Nom de l'Avatar : boyd holbrook.
⊰ Crédits : (c) blitz.
⊰ Couleur Rp : steelblue.
⊰ Origine du Personnage : damné (masque).


the unfaithful.

MessageSujet: Re: One way or another + orphan (hot).   Lun 10 Aoû - 1:28
ft. Rohan Lannislas & Orphan Hrafn.


Rohan n’aimait pas improviser. Les plans existent pour une raison. Ils sont établis et mis en place parce qu’ils sont utiles. Parce que sans eux c’est le chaos. Contrairement aux idées préconçues, son statut de Damné était loin de faire de lui quelqu’un de chaotique. Au contraire, il était méticuleux, élaborait et concevait le Mal de façon réfléchie et préméditée. Ce qui ne le rendait que beaucoup plus dangereux et sans-pitié que ceux qui agissent sans raison. Mais maintenant qu’il était sans plan et qu’il avait improvisé ses tours de passe-passe, il allait faire quoi au juste ? Leur dire d’oublier gentiment ce qui s’était passé et sortir de là ni vu ni connu ? Certainement pas. Mais Rohan détestait se retrouver dans cette position. Collé à un mec sans raison apparente si ce n’est que son corps lui demandait de le faire. Ne sachant quelle allait être sa tactique d’approche comme de sortie de la salle. Il détestait devoir faire face à l’inconnu. Et ne sachant pas quoi faire de ces étranges pulsions qui le prenaient et lui donnaient des envies indécentes sans qu’il ait une véritable prise dessus. Et puis il savait pas quoi faire de ce pauvre mec qui avait rien demander à personne devant lui, à part ce que son instinct refoulé lui criait de faire. Rohan n’était pas un type d’action. C’était un mec qui réfléchissait, se posait, discutait tranquillement pour négocier, les tours de forces physique et putschs, c’était pas son truc. Il était désorienté. Sans repères. Devant des humains dont il n’avait pourtant pas grand chose à craindre, vu leur statut inférieur. Angoissé en essayant de pas le montrer, il se frottait nerveusement sans s’en rendre compte à Petruzzi, guettant les regards de chacun comme le bon paranoïaque qu’il est. Il faillit appuyer sur la gâchette lorsque son supposé associé se défit de ses liens et assomma un des hommes de mains avant de le rejoindre. Dis donc, pour un mec qui avait l’air attaché avec des nœuds marins, il avait soudainement l’air sacrément balèze. Ca donnait presque envie à Rohan qui regardait les muscles de ses avant-bras d’un air envieux et gourmand. Entretemps, il avait aussi récupéré une arme et la pointait sur un homme, qui bandait comme pas possible, et passé ce point, Rohan ne savait plus s’il était jaloux ou dégoûté. Petruzzi tenta de dire quelque chose mais Rohan le serra plus fort en le frappant avec le manche de son pistolet pour le faire taire. C’est à ce même moment qu’un des hommes de mains tenta de mettre la main sur son pistolet mais le nouveau partenaire de Rohan l’arrêta bien vite dans son entreprise. « T'as pas entendu ce que le monsieur à dit ? J'suis sur que t'aura pas envie de récurer le sol de la cervelle de ton boss, tu ferais mieux de l'écouter. » Il y avait quelque chose d’excitant dans le fait qu’il l’appelle « monsieur », il ne savait pas pourquoi et tous ces picotements qu’il ressentait dans son corps commençaient sérieusement à l’agacer, mais aussi à le frustrer. Putain, et il fait pas chaud d'un coup ici ?

Bon, le mec à côté de lui avait l’air d’avoir plus l’habitude de ce genre de situation, car on pouvait le sentir plus confiant et à l’aise lorsqu’il parlait, d’une voix ferme et masculine qui faisait rugir de plaisir l’esprit du Damné. Lorsque son regard croisa à nouveau le sien, Rohan se surprit à baisser le regard, presque interdit face à ce que l’échange de leurs prunelles lui donnait envie de faire. « Et merci de nous avoir mis dans  la galère, maintenant qu'ils ont vus tes talents de télé kinésiste, on fait quoi maintenant dis le moi ? » Rohan écarquilla grand les yeux face à la prononciation de mots défendus. Il n’avait même pas penser à sentir son alignement le con, ça aurait peut-être rendu les choses différentes s’il l’avait su dès le départ. En même temps, vu l’équipe de bras cassés et l’ambiance qui traînait par ici, il pouvait pas se douter que ce qui était soit un Selenim soit un Métamorphe se trouve dans la salle. C’était peut-être pour ça qu’il ressentait une attirance étrange pour lui, c’était la seule créature surnaturelle de la pièce, face à toute cette vulgarité d’humains. « Bah je sais pas, t’aurais préféré que je me prenne une balle en pleine tête peut-être ? Parce que j’ai pas besoin de m’appeler Einstein pour savoir que c’était son intention si je l’avais pas arrêté. » Sa réplique était vive et brute, loin de son froid sarcasme habituel, ce qui ne lui ressemblait pas trop, mais il accusait le stress et la foutue chaleur de cette pièce, tout bonnement insupportable. Rohan respira un grand coup, tentant de retrouver ses esprits pour trouver un plan. Bon, visiblement, y’en avait un qui s’en foutait royalement de la situation de vie ou de mort qui se jouait en ce moment, trop occupé à tremper son biscuit. Y’en avait un sur ses gardes qui était actuellement sous la surveillance de son nouveau pote, y’avait le mec assommé, et Petruzzi collé à lui. La solution était simple. Il fallait, bon gré mal gré, en éliminer au moins un. « Bon j’ai une proposition : ce qu’on va faire c’est que... » il ne termina pas sa phrase, qui était en réalité un subterfuge pour distraire l’homme de main en face de lui, et appuya sur la détente qui tua Petruzzi d’un coup sec mais qui fit gicler pas mal de sang. Sans réfléchir, il tira ensuite sur le deuxième homme en face d’eux qui évidemment s’apprêtait à récupérer son arme pour se défendre. Mais il rata quelque peu sa cible et lui tira dans le bras, et ce dernier se planqua alors derrière le canapé. Le dernier homme semblait toujours occupé dans sa petite affaire pornographique avec l’autre gonzesse et Rohan ne comprenait vraiment pas du tout ce qu’il se passait aujourd’hui, et dans ce lieu si étrange. Toujours l’arme en main, il sauta derrière le canapé pour tenter d’achever le rescapé. L’homme à terre tenta de lui tirer dessus mais Rohan parvint à lui écarter son arme des mains in extremis. Seulement l’homme s’avérait encore vigoureux et attrapa de son autre main l’arme de Rohan pour l’empêcher de lui tirer dessus. Rohan était assis sur l’homme allongé sur le dos, tentant de gagner ce bras de fer, mais la chose se révélait ardue lorsque tout ce que son corps voulait accomplir et accomplissait de façon irrégulière c’était frotter son jean contre celle de sa victime. « Hé ho bordel, futur ex associé, un coup de main ce serait pas trop demander ! » Rohan se demandait pourquoi celui qui était devenu son soi-disant allié car tous les deux victimes d’un malentendu ne lui venait pas en aide, putain tirer une ou deux balles dans un corps déjà à moitié inerte, c’est quand même pas compliqué... Surtout pour un gars - foutrement - costaud dans son genre...




But i get crazy sometimes
I'm outta my mind, nothing can bring me down, or keep me sound, i won't get home on time. I won't apologize to you, I don't know what I want it's true. Meet the good, the bad and the crazy. Sanity has gone down the drain. ©️ code : Rose. // quote : Imany.  
Revenir en haut Aller en bas
Orphan C. Hrafn
the skinwalker.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 07/06/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 122
⊰ Fragments d'Ombre : 1202
⊰ Nom de l'Avatar : Travis Fimmel
⊰ Crédits : Romanova
⊰ Couleur Rp : White
⊰ Origine du Personnage : Changeur - Corbeau

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the skinwalker.

MessageSujet: Re: One way or another + orphan (hot).   Lun 10 Aoû - 22:34
One way or another i'm gonna get y'a
ft. Rohan Lannislas & Orphan Hrafn.

 
« Bah je sais pas, t’aurais préféré que je me prenne une balle en pleine tête peut-être ? Parce que j’ai pas besoin de m’appeler Einstein pour savoir que c’était son intention si je l’avais pas arrêté. » Bon, il n'avait pas tout à fait tord sur ce point là, mais bon, faut dire que maintenant qu'ils et elles avaient vu son pouvoir, cela compliquait légèrement les choses, même carrément les choses. Orphan avait bien une idée mais c'était long à faire, mais il n'avait plus vraiment le choix … Son nouvel acolyte était littéralement collé à Petruska, mais alors vraiment collé, Orphan percevait des mouvements de bassin presque douteux, il avait quoi le bel homme, ça faisait longtemps qu'il avait pas trempé la nouille ? Y'avait des gens de joie pour ça … Mais pourquoi donc tout le monde était si porté sur la chose ce soir. C'était la pleine lune ou une connerie du genre ? « Bon j’ai une proposition : ce qu’on va faire c’est que... » BAM ! Orphan eut un mini AVC tellement il ne s'attendait pas à un coup de feu, le blondinet avait répandue la cervelle de Petruska par terre, sur les murs, au plafond, bref partout. Orphan eut à peine le temps de s'en remettre qu'un deuxième coup retentit, cela eut pour effet de trouer le bras du seul garde encore assez stable dans sa tête pour s’intéresser à ce qui se passait, un bref coup d’œil et voilà qu'il y avait maintenant les trois filles sur le garde qui avait l'air de s'en donner à cœur joie. Orphan avait l'impression de baigner en pleine hallucinations.

Bon, faut le dire, il était dans une colère noir, voir un humain crevé pour pas grand-chose avait le don de le mettre dans une colère noir. Mais pour qui il se prenait ce type pour décider ainsi de la vie des gens, il avait s'en manger une. Et une sacrée grosse. Encore une fois, il n'eut pas le temps d'agir que le blondinet sauta derrière le canapé, là où le garde troué s'était réfugié. Il se croyait dans Matrix ou quoi ? Orphan resta planté là, entrain de bouillir, il se mordit la langue pour sentir la douleur, et se rendre compte que non, c'était pas une hallucination …

Voilà que ça se bastonnait derrière le canapé, Orphan voyait un bras, une jambe, un bout de crâne à droite à gauche qui dépassait du canapé de temps en temps. « Hé ho bordel, futur ex associé, un coup de main ce serait pas trop demander ! » Orphan soupira, voilà qu'il avait l'audace de lui demander de l'aide, mais il avait qu'a pas se jeter dans la gueule du loup s'il pouvait pas gérer, non mais j'vous jure. Orphan décida de bouger tout de même, il faudrait pas qu'il explose un deuxième crâne. Quand Orphan aperçut ce qu'il se passait derrière le canapé, il tiqua encore, ok, ils étaient entrain de se battre ou ils commençaient à copuler ? Manifestement, les deux à la fois, le blond était à califourchon sur le garde et ses mouvements de bassin trahissaient des pensées pas très catholiques. Orphan grogna entre les dents.  « Non, mais achète toi une vie sexuelle mec ... » D'un coup de pied, Orphan assomma le garde d'un coup de pied, attrapa le bel inconnu par le col et le traîna jusqu’à Petruzzi, enfin du moins, ce qu'il en restait. « Et, tu peux me dire ce que Petruska a fait pour finir comme ça ?! Non mais putain, vous commencez à me saouler grave vous créature surnaturelle qui péter plus haut que votre cul ! Vous trouvez ça amusant de jouer avec la vie de quelqu'un ? Tu vaut pas mieux que Petruzzi sur ce cas. » Il le lâcha et alla taper dans un mur, bizarrement, la douleur se transforma en excitation. Il avait été fort avec le blondinet, peut être, mais il s'en foutait, s'il pouvait coller une bonne leçon, ça ne mangera pas de pain. Il commençait tout juste à se calmer, la colère partit, un autre sentiment commençait à l'envahir, un désir, un désir charnelle. Il avait grave les boules contre ce mec, mais il avait aussi envie de le plaquer sur le mur et de lui faire des quadruplés. C'était pas très intense, mais c'était latent et ça grandissait au fur et à mesure.

Il y avait toujours les quatre zigotos au fond de la pièce qui s'en donnaient à coeur joie. Orphan grogna et d'un coup sur la tempe, les assomma tous. Voilà, un peu de calme, fallait réfléchir maintenant. Il s’effondra sur le canapé et sortit un joint de sa veste. Il en tira des longues bouffées et réfléchit, il avait en poche de quoi faire oublier cette soirée à tout ce joli monde, restait le cas Petruzzi, de toute façon, y'avait du sang partout, ça allait commencer à puer la mort. Mieux faut ne rien faire, les gens se réveilleront avec un mal de crâne et une funeste découverte.

Orphan se leva et fila la moitié de son joint à son acolyte. « Tiens, ça sera meilleur que de la coke. » Mais pourquoi, il filait son joint à ce petit perdeux, ça allait pas bien dans sa tête, franchement … Les effluves de l'herbe commencèrent à monter, ce qui calma un peu les pulsions latentes du corbeau. De sa poche intérieur de son blouson, le corbeau sortit une fiole pipette avec un étrange mélange à l'intérieur et la pointa devant le blondinet. « Voilà, une solution bien mieux qu'une balle dans la tronche. » Il versa trois gouttes du mélange dans la bouche des gens évanouis. Cela lui prit un peu de temps, il fallait être sur que cela avait couler dans la gorge. Il referma la fiole. «  Trois quarts de GHB, un quart de vodka, de quoi provoquer une belle amnésie de la soirée demain matin, et au moins, eux pourront retrouver leurs proches, c'est pas le cas de Petruska … »

BIM, deuxième AVC en l'espace de  minutes, on tambourina sur la porte, c'était le videur, Orphan ne pouvait sentir s'il y avait une ou deux personnes derrière la porte, à cause de l'odeur du sang qui lui piquait le nez. Il avait atteint un point de désespéritude total. Mais la terre entière avait décidé de le gonfler aujourd'hui. Il pointa le blondinet du doigt. « Tu me laisses faire, plus de bain de sang. » Orphan ouvrit la porte en hâte, le videur était tout seul, il n'eut même pas eu le temps de dire ouf qu'Orphan l'attrapa par le col et l'envoya valser au coin de la pièce, il s'effrondra net, Orphan alla le voir, quelques bosses, ptet une côte de cassé. Mais rien de grave, il sortit la pipette, hop trois gouttes et s'était plié. Il retourna à la porte, la ferma en calquant la porte et retourna s’effondrer sur le canapé. Il s'alluma un deuxième joint, et s'assit sur le canapé, invitant le blondinet à s’asseoir à côté de lui. Il sortit deux bières d'un pack, les ouvrit avec ses dents et lui en tendit une. « Bon d'ailleurs, qui ai-je eu l'honneur de remettre à sa place aujourd'hui ? Je suis Orphan, et si tu veux de la came, j'te conseille de plus aller voir les ritals. Simple avertissement. » Orphan tira sur le joint, mais rien n'y faisait, ce désir ne le quittait pas, il allait bientôt craquer.  

 



The raven spread out its glossy wings and departed like hope.
Vieux corbeau ne croasse pas sans raison



Revenir en haut Aller en bas
Rohan J. Lannislas
the unfaithful.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 28/04/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 139
⊰ Fragments d'Ombre : 1724
⊰ Multi-compte(s) : aucun.
⊰ Nom de l'Avatar : boyd holbrook.
⊰ Crédits : (c) blitz.
⊰ Couleur Rp : steelblue.
⊰ Origine du Personnage : damné (masque).


the unfaithful.

MessageSujet: Re: One way or another + orphan (hot).   Lun 17 Aoû - 22:15
ft. Rohan Lannislas & Orphan Hrafn.


Rohan savait bien qu’il avait l’air ridicule. A se frotter contre ce mec auquel il allait bientôt exploser la cervelle. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Il ne savait pas s’il se trouvait dans un mauvais porno gay, dans une orientation sexuelle refoulée qui éclatait soudainement au grand jour face à ce déferlement de masculinité et de virilité. Ou si cela était l’œuvre d’un phénomène surnaturel sur lequel il n’avait pas encore une prise et une connaissance totale. Quoiqu’il en soit, la chose était aussi agréable que frustrante et agaçante pour le Damné. Lui qui avait si souvent l’habitude d’être « en contrôle » de la situation, conscient et méticuleux sur le choix de chacun de ses mots et de ses attitudes, la chose était on-ne-peut-plus cocasse et déroutante à l’heure actuelle pour le jeune homme. « Non, mais achète toi une vie sexuelle mec ... » Il bataillait rudement avec son adversaire pour tenter de l’achever, mais la remarque de son collègue n’aidait absolument pas à son entreprise. Il attendait pas ses remarques acerbes, mais plutôt un sérieux coup de main, c’était pas compliqué quand même. Il n’eut pas le temps de lui répliquer une phrase cinglante, puisque l’homme assomma l’homme d’un sec coup de pied en pleine tête. Rohan allait alors lui tirer dessus pour s’assurer de sa mort, mais son « pote » l’empoigna par le cou pour le projeter près du cadavre de Petruzzi. « Et, tu peux me dire ce que Petruska a fait pour finir comme ça ?! Non mais putain, vous commencez à me saouler grave vous créature surnaturelle qui péter plus haut que votre cul ! Vous trouvez ça amusant de jouer avec la vie de quelqu'un ? Tu vaut pas mieux que Petruzzi sur ce cas. »  Manquait plus que ça, il était tombé sur une âme sensible à l’existence des humains. Comme quoi, l’habit fait pas le moine. Rohan s’attendait à un gros bras qui réfléchit pas à deux fois, mais non, il était tombé sur un intellect, un homme d’honneur et « humain » visiblement. Quelle horreur. Et pourtant, au moment ou sa main était sur le col du blond, Rohan sentait cette foutue excitation monter dans son entrejambe. Rohan ne put contenir un rire cynique lorsque son interlocuteur le lâcha pour aller taper dans un mur de façon totalement ridicule et pathétique. « Non mais c’est la meilleure, je te sauve littéralement la vie car les humains sont tellement des abrutis qu’ils arrêtent le premier venu sans prendre le temps de vérifier leurs hypothèses absurdes, et tu continues de les défendre ?  Et puisque tu accordes tellement d’importance à ces parasites, je te signale que ton poto à la cervelle explosée, c’est Petruzzi et pas Petrushka. » Quitte à prendre le parti des humains, autant le faire jusqu’au bout et savoir au moins leur nom, c’est-à-dire la base, sinon la chose n’a vraiment aucun intérêt. Encore un peu nerveux, Rohan regarda, les yeux vifs d’un plaisir gênant, son partenaire assommer les baiseurs du coin de la pièce. Bon, au moins, il savait y faire. Rohan se prit à se demander si l’homme était aussi brutal entre les draps, secouant sa tête comme un schizophrène pour chasser ces pensées indécentes. Méfiant, il fut au départ réticent à la proposition de l’homme qui lui tendait de la main son joint. Peut-être qu’il allait profiter de lui d’une façon ou d’une autre, ou se venger, mais bizarrement, en imaginant la tournure charnelle que « cette punition » pourrait prendre, Rohan était tout d’un coup excité à cette perspective. Il se faisait des films bon dieu, mais la question, c’était pourquoi il se faisait ces films dont il n’avait a priori aucunement envie. Il s’avança doucement vers lui, ne préférant toutefois pas s’asseoir et tira quelques lattes sur le joint - délicieux. « Voilà, une solution bien mieux qu'une balle dans la tronche. » Rohan lança un regard furtif à la fiole de son interlocuteur. Il avait entendu parler de ce mélange, supposément amnésique, mais il faut dire que lui, n’étant pas homme de main, l’employait peu. « Ecoute, nous chez les Damnés, on prend pas de risques, tu peux pas nous en vouloir, c’est comme ça que ça marche. Et toi d’ailleurs t’es quoi ? C’est marrant car t’as la gueule d’un Selenim mais le corps d’un Métamorphe. » Soit la combinaison parfaite. Un beau visage allié à un corps musclé et athlétique, c’était un régal pour les yeux interdits de Rohan. Lorsqu’il avait senti l’alignement du grand blond, le Damné ne fut pas étonné qu’il soit neutre, ça expliquerait son attachement absurde aux humains, mais restait à savoir de quelle race. Les interrogations du Masque furent toutefois interrompues par un bruit sourd sur la porte fermée. Eh merde. C’était parti pour le deuxième round.

« Tu me laisses faire, plus de bain de sang. » affirma dans l’instant même la créature Neutre. Bon, puisque cette voix autoritaire lui allait si bien, Rohan allait le laisser faire. Il le regarda avec un plaisir inexplicable et silencieux assommer le videur. « Vu tes capacités, t’as envisagé une reconversion en videur de boîte ? » Faut dire qu’assommer quelqu’un d’un coup comme ça sans faire éclater trop de sang, ça relevait de l’exploit de nos jours. Sans un mot et en tirant toujours sur son joint un peu nerveusement, comme addict à la sensation agréable qui rendait les picotements de son corps plus tolérables, il regarda le briseur professionnel se rasseoir et l’inviter du regard à s’asseoir. Avançant d’un pas incertain, il décida de s’asseoir à l’autre bout du canapé, car il plus il était proche de cet homme, plus il avait une envie insatiable de lui sauter au cou. Avec l’effet du joint, il avait l’impression que chacun des mouvements de l’objet de son désir étaient au ralenti, et il se délectait de le voir ouvrir une bière avec ses dents. Il y avait quelque chose de bestial et terriblement bourru en cet homme qui attirait le Damné comme personne. Il attrapa fébrilement la bière et en but comme un assoiffé plusieurs gorgées, espérant que sa fraîcheur apaise la chaleur de tout son être. « Putain il fait chaud dans ce bordel, on devrait ouvrir car c’est un aquarium... mais ce serait probablement pas une bonne idée vu ce qui traîne autour de nous... » dit-il d’un ton peu sûr de lui. Il fallait faire quelque chose car la bière n’était qu’une solution – hélas – de courte durée.  « Moi, c’est Rohan. Et oui, je peux voir que ta came est super bonne, étant donné que mon contact Jones s’est visiblement fait dézingué, ce que tu proposes pourrait m’intéresser, à part de la weed, t’as d’autres produits ? En tout cas cette came est grave bonne, et toi tu es... enfin ça roule bien quoi. » Ca roule bien.... Rohan avait envie de se frapper avec une pelle en pleine tête pour cette expression pathétique et qui n’avait sur le coup aucun sens, censée couvrir la confession malencontreuse qu’il s’apprêtait à faire à Orphan. Il continua à tirer sur le joint comme un détraqué, espérant que ça finisse par lui calmer les nerfs et les pulsions de son corps. Il commençait à voir les choses autour de lui tourner, laissant son esprit divaguer, jusqu’à ce que son regard se pose sur Petruzzi en face d’eux. « Il faut que... » commença-t-il en regardant Orphan mais ses yeux restèrent bloqués sur les lèvres de l’homme, détaillant aussi sa mâchoire impeccable. « Petruzzi il faut... il faut qu’on... » Il fallait faire quelque chose oui, mais Rohan était incapable de formuler une phrase sans avoir envie de la finir contre les lèvres d’Orphan. Il s’approchait dangereusement de ce dernier encore impassible, mais son esprit de Damné Masque eut juste eut le temps de lui faire réaliser ce qu’il s’apprêtait à faire pour qu’il se ravise, l’esprit tout embrouillé. Maintenant qu’ils étaient tous morts, Rohan avait soudainement toutes les raisons de penser que ce qu’il ressentait était de la faute d’Orphan. Ce mécréant devait y être pour quelque chose. Laissant parler son intuition tout en même temps que son corps, il se jeta alors sur la créature surnaturelle de toutes ses forces, et le dos d’Orphan fut alors aplati contre le canapé. Lèvres presque collées aux siennes alors qu’il tirait sur son col, ses yeux étaient enragés et cherchaient des réponses. « Putain mais qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu m’as fait sale ordure ? Tu m’as jeté un sort c’est ça ? T’attends quoi de moi au juste ? T’en a après quoi, mon fric ? » C’était les seules hypothèses logiques qui circulaient fébrilement dans l’esprit du jeune homme. Ca devait être ça. Il lui avait balancé un truc pour l’attirer dans ses filets. Ca ne pouvait être que ça. Rohan attendait une réponse, bouillant de désir, aux lèvres d’Orphan, et plus la réponse se ferait attendre, plus il risquait de succomber aux dictats inexplicables de son corps...





But i get crazy sometimes
I'm outta my mind, nothing can bring me down, or keep me sound, i won't get home on time. I won't apologize to you, I don't know what I want it's true. Meet the good, the bad and the crazy. Sanity has gone down the drain. ©️ code : Rose. // quote : Imany.  
Revenir en haut Aller en bas
Orphan C. Hrafn
the skinwalker.

avatar

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 07/06/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 122
⊰ Fragments d'Ombre : 1202
⊰ Nom de l'Avatar : Travis Fimmel
⊰ Crédits : Romanova
⊰ Couleur Rp : White
⊰ Origine du Personnage : Changeur - Corbeau

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the skinwalker.

MessageSujet: Re: One way or another + orphan (hot).   Dim 30 Aoû - 21:20
One way or another i'm gonna get y'a
ft. Rohan Lannislas & Orphan Hrafn.

 
Le calme avait enfin envahi la pièce, plus de cris, plus de gémissements, juste le bruissement extérieur. « Vu tes capacités, t’as envisagé une reconversion en videur de boîte ? »Cette réflexion fit sourire le corbeau, c'est vrai qu'il aurait une sacrée allure en videur de boite, cassé des dents sans tuer les gens était un peu devenu sa spécialité. C'était dû aux nombreuses années à voyager un peu partout en Amérique, castayant des filous pour le plaisir et découpant des créatures pour se venger. Le blondinet ne l'avait pas encore vu avec un katana dans la  main. C'était sans hésiter son arme favorite. Savez vous pourquoi les katanas sont sans conteste les meilleurs épées du monde ? Ce qui fait leur solidité, leur légèreté et leur souplesse ? Pour confectionner cette lame, on martèle l'acier à chaud et on le repli sur lui même plus de 200 fois, un peu comme un mille feuille, ensuite, le tout est compressé et refroidi à blanc. Un procédé très long et minutieux mais tout bon katana qui se respecte peut fendre n'importe quel épée occidentale sans vraiment d'effort. Orphan affectionnait énormément ses sabres japonais, il en avait une petite collection chez lui, donc un Daisho, une combinaison d'un katana et d'un wakizachi, un petit katana. La combinaison est mortelle si on sait un tant soit peu s'en servir, le corbeau s’entraînait souvent, c'était son passe-temps à lui. Mais bref, revenant à notre histoire.

Le blondinet avança prudemment et s'assit à coté de l'islandais. Il accepta la bière et en bu de grandes gorgées, il semblait très stressé, pas du tout à l'aise. Orphan se demanda si c'était lui qui lui faisait cette effet. Le voilà presque flatté par cette supposition. Il n'avait jamais fait autant « d'effet » à quelqu'un.  « Putain il fait chaud dans ce bordel, on devrait ouvrir car c’est un aquarium... mais ce serait probablement pas une bonne idée vu ce qui traîne autour de nous... » Orphan jeta  un coup d’œil et pris conscience de l'immense bordel qu'il y avait dans la pièce, des corps assommés un peu partout et le pauvre Petruska sans cervelle qui gisait au milieu, une immense flaque de sang commençait à envahir la pièce, ça sentait très fort pour l'odorat d'un changeur. Cette odeur de sang donnerait des pulsions meurtrières aux changeurs loups, Orphan fut heureux d'être né corbeau finalement. « Moi, c’est Rohan. Et oui, je peux voir que ta came est super bonne, étant donné que mon contact Jones s’est visiblement fait dézingué, ce que tu proposes pourrait m’intéresser, à part de la weed, t’as d’autres produits ? En tout cas cette came est grave bonne, et toi tu es... enfin ça roule bien quoi. » Orphan arqua le sourcil, ça roulait bien ? Mais ça voulait dire quoi ça ? Le jeune homme commençait à vraiment délirer, Orphan le sentait partir. Il avait essayé de dire quelque chose au corbeau et s'était ravisé au dernier moment, mais pourquoi ? Néanmoins, il répondit calmement. « Je m'appelle Orphan et oui, je suis pointilleux sur la qualité de mes produits. Je vend un peu de tout même si je suis surtout connu pour l'herbe, parait qu'elle fait plané même les plus accoutumés de cette drogue. Je fourni aussi toutes les personnes qui se servent de cette plante pour se soigner, parait qu'elle est terrible en gâteau aussi. Et … » Orphan ne finit pas sa phrase, visiblement, Rohan ne l'écoutait pas, il avait l'air de délirer dans sa tête, il fixait le cadavre de Petruzzi. Il semblait paniqué. Il finit par fixer Orphan dans les yeux et balbutiait qu'il fallait faire quelque chose, Petruzzi quelque chose, rien de bien concret, Orphan soupçonnait un violent Bad Trip, il fallait qu'il se ressaisisse. Orphan pouvait l'aider, il en avait aider plus d'un en bad. Il commençait à être compétant. Mais plus le temps passait, plus le corbeau se disait qu'il y avait vraiment quelque chose qui clochait ce soir. Tout le monde était étrangement porté sur la chose. Il ne pensait pas que se frotter fébrilement sur les personnes était vraiment l'habitude du blondinet. Lui-même, il l'avouait, il en avait très très envie, de tremper le petit biscuit. Mais il semblait moins touché par ses pulsions que toutes les personnes qu'il avait rencontré cette nuit. Peut être que cela ne touchait pas les êtres surnaturelles ? Non, ce n'était pas possible, Rohan était un damné. Orphan se souvint qu'il ne les aimait pas beaucoup ceux là. Particulièrement malfaisant. C'était étrange d'en voir un complètement en stress, eux qui aime toujours tout contrôlé. Cela expliquait pourquoi il était accro à la coke. Cette espèce de merde. D'ailleurs, il se rapprochait dangereusement du changeur, que voulait-il ? Orphan avait déjà repéré la petite bosse qui apparut dans le pantalon du damné. Orphan resta passible, s'il en avait si envie, à lui de faire le premier pas.

Rohan sauta sur Orphan, littéralement, il semblait complétement fou, il attrapa Orphan par le col et beugla. « Putain mais qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu m’as fait sale ordure ? Tu m’as jeté un sort c’est ça ? T’attends quoi de moi au juste ? T’en a après quoi, mon fric ? » Ok, Orphan failli lui coller une tarte, il se retint, le pauvre damné semblait perdu, ne plus avoir emprise sur son corps, cela ne devait pas lui arriver souvent. Le corbeau prit sur lui, heureusement qu'il avait envie du jeune blondinet, n'importe qui, qui lui aurait parlé sur se ton aurait pris un pain en pleine tronche. Il ne savait pas quoi faire, les lèvres du damné à quelque millimètres des siennes, ses pulsions latentes commençaient à vraiment émerger, le contact du corps lui fit plein de frissons dans le sien. Il avait du mal à se retenir.

Oh, et puis merde ! Orphan avança ses lèvres et alla les collés à celle du Damné, une décharge électrique se produisit dans tout son corps, il fit duré le baiser et passa sa main dans les cheveux de son amant, ils étaient doux et soyeux. Au bout d'un moment, Orphan se détacha de ses lèvres et planta son regard. « J'espère que je t'ai pas brusqué, en même temps, tu m'as tendu une perche .. Et qu'on soit clair avant de continuer, non je ne t'ai pas jeté un sort, je suis pas un sorcier, bien ce qu'on dise de moi, un changeur corbeau attire la méfiance. Je ne sais pas ce qui se passe, mais je t'avoue que quelque chose de surnaturelle doit être à l’œuvre. » Orphan jouait avec les mèches qui pendaient du bel étalon, le regard malicieux. Ses pensées pouvaient presque se lire sur son visage. Si tu décide à  jouer avec moi, je te promets une belle partie de plaisir. Orphan bougea son bassin et échangea le rapport de domination, il allongea le damné et s'assit à califourchon sur lui. Il passa son doigt sur le torse de Rohan. Il cherchait un peu, provoquait la situation, il le savait mais il ne pouvait s'en empêcher, d'autant plus ce soir là. « Bon, que veux-tu ? Je n'ai toujours pas compris, on dirait que ton corps dit l'inverse que tes mots. Tu veux vraiment le faire ? Tu peux dire non hein ? As tu déjà passé un moment intime avec un autre homme, tu sembles si confus. J'me demande ce qui se passe dans cette putain de ville .. » Orphan hésitait, il tâtait le terrain, il ne bougera pas un pouce pour faire évoluer la situation.

 



The raven spread out its glossy wings and departed like hope.
Vieux corbeau ne croasse pas sans raison



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: One way or another + orphan (hot).   
Revenir en haut Aller en bas
 

One way or another + orphan (hot).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Orphan Black
» Céleste ~ orphan of the sky
» allume moi, allume moi, fais moi venir entre tes lèvres •• orphan [terminé] } pris par ari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORS . ULTIMA :: Little Italy-