Forum Fermé

vous pouvez retrouver mors ultima 2.0, repris par kitkat et elyos (avec notre accord ) :

MORS ULTIMA V2

vous pouvez également nous retrouver (almery et ellaenys) sur un tout nouvel univers :
AES SIDHE


Partagez | 
 

 Haut les mains, peau de lapin ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jilly Jones
the skinwalker.

avatar

PUCE GAROU A L'ATTAQUE!

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 27/12/2014
⊰ Nombre de Méfaits : 194
⊰ Fragments d'Ombre : 1608
⊰ Multi-compte(s) : Aucun
⊰ Nom de l'Avatar : Sky Ferreira
⊰ Crédits : Kyo
⊰ Couleur Rp : Blanc
⊰ Origine du Personnage : Metamorphe (loup)

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Escargot(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the skinwalker.

MessageSujet: Haut les mains, peau de lapin ♪   Sam 25 Juil - 21:33

Moi c’est J.J. Mais ça vous le savez le déjà. Le truc que vous ignorez encore c’est que j’ai trouvé un truc magique, le truc dément ! J’appellerai ça le meilleur coup de ma vie si je n’étais pas modeste ! Non, fermez vos bouches, je ne parle pas d’un homme ou d’une femme ou tout autre chose que votre perversité vous autorise à penser. Je ne songe qu’à ce sac. Le sac avec un nombre incalculable de billets et des vêtements de luxe si doux que je me suis roulée dedans !

Moi et ma prévoyance exceptionnelle avons aussitôt sauté sur l’occasion pour ouvrir un petit compte épargne pour les vieux jours… Ouais, bah voyons ! Pour la première fois de ma vie, j’ai eu des amis, des gens un peu fous que j’ai rencontré dans un bar de luxe où un verre coûte plus cher que tout ce que j’ai pu gagner en une année. Vous imaginez, mon estomac pèse à présent des centaines de dollars ! J’ai un estomac en or et je me demande si le cycle digestif s’en retrouvera changé.

Quoique vous pensiez, oubliez-le ! Le sac sagement rangé dans un endroit bien camouflé, mon corps plongé dans un jacuzzi à bulles et une coupe de champagne à la main, je savoure les derniers instants de ma richesse, de l’amitié en carton de mes nouveaux amis et d’un brin de gloire. Jamais l’argent n’avait réussi à trouver autant grâce à mes yeux. Une suite dans un hôtel pouvait faire tourner la tête à n’importe lequel d’entre tous les humains ou moins humain. Tout ça je ne le sais pas. L’ignorance est merveilleuse, vous n’imaginez pas. Alors que mes muscles profitaient d’un peu de relaxation bien méritée, le sac magique me trahissait. Le portable caché dans une poche intérieure fournissait à trop de monde ma position. Moi, la voleuse, la kleptomane incapable de garder les mains dans ses poches devenait le centre d’une traque dont je ne connaissais rien. La trahison de la victime que j’avais sauvée me coûterait cher. Ce sac m’avait appelé à l’aide, coincé aux pieds d’une propriétaire trop occupée au téléphone pour profiter des bienfaits de son bien. Il était la pièce qui manquait à ma vie. L’objet qui changerait mon destin. La frustration m’avait saisi les tripes avec tant de fougue que j’avais craqué, comme toujours d’ailleurs.

Mais revenons à des détails plus sympathiques tant que nous pouvons encore nous réjouir de la vie et surtout que je suis encore en vie pour vous conter mes malheurs. La suite de luxe donc… Un truc nuptial avec un lit blanc, une salle de bain jacuzzi remplie de miroir en tout genre. L’entrée donnait sur une immense pièce, qui devait être une sorte de salon/salle à manger. En face, le balcon offrait une vue imprenable sur la ville. Alors qu’à droite l’accès à la chambre annonçait des heures plus câlines, la gauche, elle ne restait pas en reste avec la merveilleuse salle de bain. Au premier pas dans la pièce, mes pieds avaient frôlé une moquette triple épaisseur, le confort absolu. Je pourrais me bourrer le gueule et finir la tronche sur le sol, je dormirai mieux que dans mon « lit » habituel. Bref j’en suis à ma quatrième bouteille, j’ai balancé mon haut maillot de bain et le bas ne saurait tarder à prendre le même chemin. Heureusement, pour lui, mes petites fesses sont trop occupées à balancer de droite à gauche pour essayer de suivre les mouvements de danse de deux pét… amies. Le son m’est inconnu et la danse m’avait toujours parue étrange. Alors j’apprenais, dénuée de rythme, de coordination ou de sensualité… demandez donc à un manchot de jongler ou de vous faire un signe de la main !


Day & Night
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix E. Baek
mama (sexy) bear

avatar

Beautiful cold fire

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 13/02/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 710
⊰ Fragments d'Ombre : 1046
⊰ Multi-compte(s) : Kitkat, Kai & Maddie
⊰ Nom de l'Avatar : Ksenia Solo
⊰ Crédits : Merenwen
⊰ Couleur Rp : Darkturquoise
⊰ Origine du Personnage : Chimère - Ifrit

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


mama (sexy) bear

MessageSujet: Re: Haut les mains, peau de lapin ♪   Ven 31 Juil - 6:15
Haut les mains, peau de lapin
ft. Jilly Jones & Phoenix E. Baek

Ça n'avait pas de sens. Suivre les pas d'une femme à la base aussi sérieuse que toi et qui ne perd pas de temps avec des futilités vers une chambre d'hôtel de luxe te rend perplexe. Ce soir, tu devais lui mettre la main dessus après son travail pour l'un de tes rares clients - rare étant parce que tu n'as plus autant de temps libre qu'avant - afin de lui soutirer des informations sur un projet risquant de mettre en péril son petit commerce. Certes, tes méthodes pour un interrogatoire ne sont pas toujours ce qu'il y a de plus légal, mais tu sais faire preuve de prudence et dans ce cas-ci, tu n'auras pas à jouer les gros bras pour obtenir ce que tu souhaites au nom de ton client. Interroger et être payé, c'est tout ce qui compte, rien de plus, même si au final tu te fiches bien de l'argent.    

Devant la façade de l'hôtel, ton regard parcourt les divers étages en te demandant si ton contact qui t'a indiqué l'adresse ne s'est pas trompé avec un autre téléphone portable. Quoique, d'un autre côté, si cette femme est seule dans une des chambres, tu n'auras aucune difficulté à l'interroger à l'écart de potentiels témoins gênants. Ni une ni deux, tu pénètres à l'intérieur de ce fameux hôtel sans pour autant t'extasier devant toutes ces fioritures tape à l’œil. Étaler ta richesse n'a jamais fait partie de ta personnalité, ça, c'était plutôt le talent inutile de ton ex-mari et son besoin de se faire remarquer aux yeux du monde entier, un détail qui t'a vite énervée. Donc, te retrouver au milieu de ce hall devant des types habillés en pingouins et des femmes tirées à quatre épingles te fait comprendre que tu n'as pas vraiment ta place dans ce monde superficiel. Tes vêtements aux allures gothiques attirent l'attention des autres, mais pas toujours dans le bon sens du terme. Si certains te toisent comme une espèce d'alien débarqué de la planète Véga, d'autres se contentent d'agir comme si tu n'existais pas dans leur petit univers artificiel... Lentement, tu t'approches du comptoir de la réception sans pour autant quitter des yeux la jeune femme qui se trouve derrière. Tu as parfaitement conscience que ton attitude la met mal à l'aise, mais tu t'en fous complètement, car ta présence dans ce lieu déplaisant n'est pas fortuite. Quelques minutes plus tard, tu as maintenant une carte en plastique avec un numéro de chambre dessus et une information intéressante en poche. Cette information, c'est le numéro de la chambre de celle que tu recherches, car tu t'es fait passer pour l'une de ces amies étant en retard dont le téléphone portable est malheureusement tombé en rade. Pour plus de crédibilité - car avouons-le, tu as énormément de difficulté à mentir et surtout de paraître un tantinet crédible -, tu lui as indiqué l'heure de son arrivée grâce à ton contact qui t'a fourni l'heure exacte et tu as dépensé une fortune pour louer une chambre qui sera inutilisée. Non mais franchement, tu n'allais tout de même pas commencer à vérifier chaque chambre.   

Trouver le numéro de la chambre ne fut pas très complexe, il suffisait de suivre le son de la musique. Sans prendre la peine de frapper à la porte - de toute façon, qui allait t'entendre avec tout ce boucan -, tu entres dans une pièce en cassant le verrou grâce à ta force surnaturelle où de jeunes adultes s'éclatent comme des gamins. Merveilleux. Sans plus de cérémonie, tu marches d'un pas rapide vers le système audio qui crache sa musique infâme dans tes pauvres tympans avant de carrément arracher le fil qui le relie à la machine infernale. En une fraction de seconde, tous les visages ou presque des fêtards se tournent vers toi, mais leurs regards noirs sont loin de t'impressionner. Tu as une mission et tu dois absolument l'accomplir jusqu'à la fin. Qui a loué la chambre? Lorsqu'un de ces gamins décide enfin de te pointer le ou plutôt la coupable, tu ne peux pas t'empêcher de hausser les sourcils tout en laissant s'échapper un faible soupir de découragement face à ce spectacle pitoyable. Sous tes yeux cristallins, une jeune femme blonde qui te semble à peine majeure danse à moitié nue sous le rythme de la musique qui ne joue plus grâce à tes soins. Génial. Tu vas devoir discuter avec une gamine qui ne comprendra probablement pas un mot sur deux de ce que tu vas lui demander. Sans compter les oreilles indiscrètes qui traînent dans cette chambre, sauf que ça va vite changer. Dégagé, tous. Ta voix se fait plus puissante, mais surtout plus cassante afin qu'ils comprennent tous que tu n'es pas là pour rigoler avec eux. Malheureusement, quelques-uns d'entre eux préfèrent te tenir tête en rechignant que tu «casses l'ambiance avec ton balai dans le...» Bref. On parie combien que si j'appelle les flics, ils ne trouveront pas juste de l'alcool dans cette chambre. Ça s'ajoutera sur le motif de vol sur un sac qui ne vous appartient pas. Leurs visages changent tout de suite d'expression et la majorité de ces gamins saouls se dirigent vers la porte de sortie sans demander leur reste. Ils comprennent enfin que tu n'es pas là pour perdre ton temps et encore moins d'arrêter la petite fête par plaisir sadique de gâcher la soirée de quelqu'un. Lorsque tu te retrouves finalement seule avec la voleuse de sac, tu fais quelques pas sur le tapis tellement épais qui étouffe le bruit de tes talons hauts.

- Toi. Viens ici. Ce que tu ne sais pas, c'est que tu tentes de t'adresser à une jeune femme qui n'a pas la faculté d'entendre les sons produits par ta voix ainsi que tout ce qui l'entoure. Tu peux murmurer ou encore hurler, cela ne changera rien, mais ça, tu n'en as pas la moindre idée. Pour l'instant, tu as simplement l'impression de faire face à une gamine trop saoule qui prend plaisir à faire la sourde oreille ou qui est tout bonnement perdue dans son petit univers parsemé de plusieurs litres d'alcool. Le souci, c'est que tu n'es pas reconnue pour ta patience légendaire, pire encore, on peut te qualifier d'impétueuse, ce qui est drôlement dangereux quand quelqu'un ose jouer avec tes nerfs. Bien sûre, tu n'irais pas jusqu'à la frapper, mais ta main peut se retrouver vite fait autour de son bras en train de serrer celui-ci avec une force assez désagréable pour n'importe qui.
 



Phoenix
If you say there is no forever. You would be lonely and in pain. Everyone actually wants to believe but betrayal may leave a deep wound. You keep on believing that a world with forever is not a utopia


Dernière édition par Phoenix E. Baek le Ven 4 Sep - 6:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jilly Jones
the skinwalker.

avatar

PUCE GAROU A L'ATTAQUE!

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 27/12/2014
⊰ Nombre de Méfaits : 194
⊰ Fragments d'Ombre : 1608
⊰ Multi-compte(s) : Aucun
⊰ Nom de l'Avatar : Sky Ferreira
⊰ Crédits : Kyo
⊰ Couleur Rp : Blanc
⊰ Origine du Personnage : Metamorphe (loup)

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Escargot(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


the skinwalker.

MessageSujet: Re: Haut les mains, peau de lapin ♪   Sam 8 Aoû - 16:42

Danser. L’idée me semblait bonne. Certes mon postérieur remue comme s’il subissait un tremblement de terre ou un glissement de terrain mais je ne m’attendais pas à cette réaction de la part de mon public. Mes mouvements feraient plus penser à une épileptique en pleine crise, rien de glamour, je l’accorderai à qui oserait me le dire. Cependant, je notais dans un recoin de ma tête que tout monde fuyait. J'imaginais d'abord qu'ils me taquinaient et plaisantaient sur l'horreur de me voir danser. Mon cerveau fonctionnait au ralenti après tout. Malheureusement, je fini par remarquer que leur expression frisaient plus la peur et la panique que la malice et la taquinerie. Peut-être devrais-je songer à offrir des petites danses à mes ennemis au prochain coup si l'acte me rendait si effrayante.

Interpelée par les réactions disproportionnées de mes camarades de soirée, je passais ma main dans ma tignasse imbibée d’eau et de champagne. Lentement et dans un balancement dû à mes sens alcoolisés, je tournais sur moi-même en quête d’une raison logique à tout ce bordel. Qui avait mis un arrêt à ma soirée ? Ce n’était pas moi, non. Je ne m’étais même pas transformée ! Alors qui me faisait de la concurrence ? Qui me pousserait à redescendre sur terre ? J’étais bien là-haut, moi !  

Soudain, je lui faisais face. Une brunette mal lunée me regardait comme la dernière des merdes. Dans un rire, mon bras partait dans sa direction. Le verre que j’avais à la main propulsa le champagne droit sur le visage de l’impétueuse squatteuse.

« T’es ih doi d’ab…boups. » Balbutiais-je en réalisant que le contenu de mon verre venait de partir en voyage, direction la peau délicieuse de l’inconnue. Ça ne m’empêcha pas d’espérer récupérer les miettes. « Anté !!! » m'écriais-je en levant mon verre comme pour trinquer.

Le fin cristal entre mes lèvres n’apporta pourtant plus rien de sucré ou pétillant, seul du vide se glissa contre ma langue. Qui ne tente rien n’a rien, disait l’adage. J'avais tenté! L’autre n’aurait qu’à se lécher la bouille pour déguster ce breuvage hors de prix alors que je ne pouvais plus en faire autant.  Un pas, ou plutôt une chute ratée, me porta jusqu’au rebord du bassin. Seul un rire me transperça lorsque je laissais le verre rejoindre la flotte pour disposer de mes deux mains. Elles me seraient bien utiles pour franchir cette immense barrière et tremper le sol de la pièce. Voilà, j’étais sortie du jacuzzi ! J’avais évité de me bouffer le sol et glissé contre le rebord externe pour finir à quatre pattes. J’agrippais le muret du bain pour me redresser et finir sur mes deux jambes. J’étais peut être plus alcoolisée que je ne le pensais à la base. Comme si, à l’instant, je pouvais m’en soucier. Rien n’avait d’importance, ni l’inconnue, ni la chambre, ni le vol,  ni ma tenue. Arborer mes seins nus ne me troublait en rien, pas plus que de ne porter qu’une minuscule culotte de bikini. La pudeur, je ne connaissais pas et la donzelle ne semblait pas s’en émouvoir. Si elle n’était pas contente, elle pouvait toujours se barrer. Je ne l’avais pas invité moi !

« Ya…oune onch’ …emmeyde. » Tentais-je en pointant mon index dans la direction, ou presque, de son visage. En réalité, je pointais son reflet dans l’un des miroirs de la salle de bain. Ma chute en sortant du bassin m’avait fait tourner et perdre mes repères. De toute façon, ça ne changeait rien. Probablement qu’elle ne comprenait rien et que je finirai par réaliser mon erreur en approchant. Mais soyons clair. Je ne pouvais ni m’entendre et remarquer mon manque d’articulation, ni mesurer l’intensité de ma voix ou encore lire convenablement sur ses lèvres. Je baragouinais dans ma barbe et s’était toujours plus agréable que de m’entendre hurler. La situation promettait d’être complexe. Surtout que déjà, dans le hall de l’hôtel, d’autres personnes s’intéressaient  à la suite nuptiale.  Voir une nuée de personne trempées et peu vêtues sortir en hâte des lieux attirait l’attention. Que fuyaient-elles ? Qui fuyaient-elles ?


Day & Night
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix E. Baek
mama (sexy) bear

avatar

Beautiful cold fire

⊰ Date d'arrivée à Toronto : 13/02/2015
⊰ Nombre de Méfaits : 710
⊰ Fragments d'Ombre : 1046
⊰ Multi-compte(s) : Kitkat, Kai & Maddie
⊰ Nom de l'Avatar : Ksenia Solo
⊰ Crédits : Merenwen
⊰ Couleur Rp : Darkturquoise
⊰ Origine du Personnage : Chimère - Ifrit

▽ YOUR SOUL.
⊰ Présence sur MU: Présent(e)
⊰ Forces & Faiblesses:


mama (sexy) bear

MessageSujet: Re: Haut les mains, peau de lapin ♪   Ven 4 Sep - 6:44
Haut les mains, peau de lapin
ft. Jilly Jones & Phoenix E. Baek

Les adolescents et les jeunes adultes, tous des plaies ou presque. Il y a toujours une exception à la règle, mais ceux que tu as fait fuir grâce à ton caractère loin d'être sympathique font partie de la catégorie «sales gosses» que tu détestes à un niveau interstellaire. Ils sont bruyants, ils aiment se faire remarquer en adoptant une attitude à rendre les gens autour complètement fous et leur niveau de narcissisme atteint des proportions gigantesques. À leur âge, tu préférais largement mettre ton poing dans la gueule de ceux qui te causaient des problèmes quand tu avais des soucis de comportements - pour ton «contrôle», tu dois une fière chandelle à ta tante - ou sinon tu passais ton temps-libre à travailler au lieu de faire la fête - ça n'a pas changé après toutes ces décennies -. Donc, te retrouver au milieu de ces gamins ne te donne pas du tout envie de sourire et de tenter de leur faire comprendre gentiment qu'ils doivent quitter les lieux le plus rapidement possible. User d'une technique efficace qui ne te fera pas perdre ton temps est la meilleure option qui s'offre à toi. Il te faut seulement un petit tête-à-tête avec la potentielle voleuse du sac à main, sauf que la discussion risque d'être plus compliqué que prévu.

Saoule. Le mot te semble faible à l'heure actuelle. Pendant que les retardataires attrapent leurs effets personnels avant de quitter la chambre, tu t'approches de la jeune femme qui gigote dans tous les sens dans le jacuzzi. À peine te retrouves-tu à moins d'un mètre que tu as le droit à une douche de champagne en plein visage. Zen Phoenix. Reste zen. La zen attitude ne te fera pas exploser. Non, le liquide alcoolisé ne te coule pas sur le visage, manquant de peu de faire couler le peu de maquillage qui tu portes actuellement. Il ne va pas non plus tremper une partie de ta chevelure brune ainsi que le haut de tes vêtements. À la place, tu restes plantée là, en train de prendre une profonde inspiration histoire de ne pas céder à l'envie de lui saisir la gorge pour l'aider à sortir de ce foutu jacuzzi sans qu'elle n'ait besoin de lever ses jambes. Tes poings se resserrent fermement jusqu'à ce qu'on puisse voir tes jointures devenir blanches, mais tu ne bronches pas quand elle articule un truc quasiment incompréhensible même si l'idée te taraude de lui balancer que «désolée, je ne parle pas la langue des idiotes alcooliques». À quoi cela servirait-il? Déjà, elle tente de boire son verre dont le contenu imbibe tes cheveux, tes vêtements et fait reluire ton visage.

Pendant que tu la laisses faire son petit numéro de crétine embrouillée par l'alcool - parce que non, tu ne lèverais même pas le petit doigt si elle manquait de se casser le cou en sortant du jacuzzi -, tu attrapes à ce qui ressemble à une serviette propre pour essuyer ton visage. Puis, une fois ce problème réglé, tu attrapes un t-shirt qui doit bien être deux fois la taille de la jeune femme sous tes yeux, mais tu le balances dans sa direction sans la moindre douceur. Enfile ça. Au cours de ton existence, tu en as vu des poitrines de toutes les tailles, mais ta présence dans cette chambre n'a aucun lien avec une quelconque activité agréable. Tu te fiches bien d'avoir une conversation avec une inconnue à moitié à poil - ton «attention» ne descendrait jamais plus bas que son visage rougi par l'alcool -, mais un peu de pudeur n'a jamais fait de mal à personne.

- Qui es-tu? Mettre un nom sur son visage n'est pas une mauvaise chose en soi. Qui sait, peut-être que tu vas un jour la recroiser à un moment ou un autre de ta future longue existence. Non, tu ne te donnes pas la peine de te présenter, mais vue son état d'alcoolémie avancé, elle aura sûrement oublié ton prénom d'ici cinq minutes. Est-ce que tu as volé un sac aujourd'hui? Je dois savoir où il est. Entre tes deux questions, le téléphone sonna derrière ton dos. Probablement la réception qui tentait de savoir ce qui se passait ici surtout avec le troupeau de gamins qui descendaient tous en même temps. Tu ne te donnes pas la peine de répondre, car de toute manière, tu n'as pas l'intention de faire de vieux os dans cette chambre saccagée... Tu n'as plus de temps à perdre, ce qui te force à être un tantinet plus brusque puisque tes mains vont se poser sur ses épaules afin de l'encourager à fixer tes yeux cristallins.  

- Hey gamine, tu m'écoutes? Je n'ai pas de temps à perdre avec toi. Tu me redonnes le sac et je m'en vais, d'accord? Ce que tu ne sais pas, c'est qu'un danger plus grand qu'une réceptionniste ou un directeur de l'hôtel vient de pénétrer dans le hall en mode furie. Ce danger, c'est la fameuse propriétaire du sac qui ne va pas tarder à vous rejoindre là-haut.
 



Phoenix
If you say there is no forever. You would be lonely and in pain. Everyone actually wants to believe but betrayal may leave a deep wound. You keep on believing that a world with forever is not a utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Haut les mains, peau de lapin ♪   
Revenir en haut Aller en bas
 

Haut les mains, peau de lapin ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haut les mains ! C'est un Hold Up !
» Civet de lapin aux épices
» [Tutoriel] Tanner une peau
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» 112 mains serrées—Fanfic by Sacchan AKHTS!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORS . ULTIMA :: Autres-